TSCHERMAK VON SEYSENEGG ERICH (1871-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Botaniste autrichien, et l'un de ceux qui divulguèrent les travaux classiques de Mendel. Les études de Tschermak à Vienne furent interrompues lorsqu'il décida d'acquérir une expérience de l'agriculture en travaillant à la ferme Rotvorwerk près de Freiberg (Saxe). Il les reprit à l'université de Halle et fut déclaré docteur en 1896. Après quelques années de travail volontaire dans différents établissements, il rejoignit en 1901 l'équipe de la Hochschule für Bodenkultur (École supérieure de culture du sol) à Vienne où se déroula pratiquement toute sa carrière d'enseignant : il y enseigna dès 1906 et y devint professeur titulaire en 1909.

Au printemps de 1898, Tschermak entreprit d'étudier la reproduction du pois au Jardin botanique de Ghent, et il poursuivit l'année suivante ce travail à la Fondation de la famille impériale à Esslingen près de Vienne. Il remarqua que, si on laisse s'autoféconder des hybrides issus du croisement de pois à graines vertes et de pois à graines jaunes, des graines jaunes réapparaissent dans la proportion d'un tiers de la récolte. Il en est de même pour les croisements faisant intervenir des pois à graines lisses et des pois à graines ridées : un tiers des graines formées par les hybrides sont lisses. Si des plantes à graines vertes ou des plantes à graines ridées sont fécondées par le pollen des hybrides correspondants (jaune Œ vert, d'une part ; et lisse Œ ridé, d'autre part), les proportions des graines de chaque type issues de ce croisement sont identiques (rapport 1/1). C'est alors que Tschermak, voulant publier ces résultats, trouva la trace des travaux de Mendel ; il se les procura et reconnut avec surprise que ces travaux exposaient déjà et, sous certains aspects, dépassaient ses recherches personnelles. L'année même (1900) où Tschermak faisait état de ses découvertes, Hugo de Vries et Carl Erich Correns retrouvaient aussi les publications de Mendel.

Éminent généticien des plantes, Tschermak appliqua les lois de l'hérédité de Mendel au développement de nouvelles plantes telles que l'orge Hanna-Kargyn, des hybrides blé-seigle et un hybride d'avoine à croissance rapide résistant à la maladie.

—  Michel PRIVAT DE GARILHE

Écrit par :

  • : ingénieur-docteur, docteur ès sciences, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, ingénieur E.S.C.I.L.

Classification

Pour citer l’article

Michel PRIVAT DE GARILHE, « TSCHERMAK VON SEYSENEGG ERICH - (1871-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-tschermak-von-seysenegg/