ENCYCLOPÉDIE FRANÇAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formule originale de présentation du savoir, l'Encyclopédie française est née dans le Paris des années 1930. C'est en juillet 1932 que le ministre de l'Éducation nationale, Anatole de Monzie, stimulé par les réalisations étrangères (notamment les encyclopédies italiennes et soviétique), décide la création d'une nouvelle encyclopédie. Rien dans les projets initiaux ne semble distinguer celle-ci de ses aînées : ordre alphabétique, classification générale des sciences, scientisme diffus paraissent les seuls remèdes à la dispersion des esprits. Mais l'historien Lucien Febvre donne au projet un souffle nouveau et son originalité. Miroir du monde, l'Encyclopédie française devra exprimer la modernité dans toute sa complexité sans puiser d'illusoires certitudes dans des solutions anciennes. De là un plan singulier : ni alphabétique, ni subordonné à une classification des sciences, ni même thématique, mais un plan problématique. Autre ambition de taille : l'Encyclopédie veut résister à l'érosion du temps grâce à un système de feuillets mobiles permettant des mises à jour perpétuelles.

De 1935 à 1939, le plan se modifie, mais l'esprit reste ; car, fidèle à l'étymologie, l'Encyclopédie se veut « tour d'horizon » et s'attache moins à l'ordre de succession des volumes qu'à leur circularité. Au centre, l'homme pose des problèmes. Aucune discipline constituée n'a de place en tant que telle : les différentes approches se croisent, se recoupent au gré du questionnement de l'encyclopédiste. À l'ordre unifié du savoir ou au tableau des connaissances disparates est substitué un réseau que dessine, en sa multiplicité mouvante, la civilisation. Au fil des volumes, on retrouve les questions de l'entre-deux-guerres en crise : quelle part pour la pensée ou pour l'action ? comment l'homme se situera-t-il face à la civilisation mécanicienne qui s'annonce ? qu'en est-il du collectif, de ses lois et de ses fonctions ? comment, dans le champ de la connaissance, établir une synthèse malgré la spécialisa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ENCYCLOPÉDIE FRANÇAISE  » est également traité dans :

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 701 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Les temps modernes »  : […] Les encyclopédies en ordre méthodique se font rares ; les tentatives les plus remarquables furent en France l'Encyclopédie française (1935-1953 et 1955-1962), conduite par Lucien Febvre, puis Gaston Berger. Tout en étant l'un des ouvrages les plus originaux et novateurs du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie/#i_96785

FEBVRE LUCIEN (1878-1956)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 2 134 mots

Dans le chapitre « Un entrepreneur culturel »  : […] Annales, le troisième engagement essentiel de Lucien Febvre est aujourd’hui largement sous-estimé. En 1932, Anatole de Monzie, ministre de l’Éducation nationale, lui confie la direction de l’Encyclopédie française dont il fera son « entreprise », au point d’y sacrifier la direction des Annales et la conduite de son œuvre personnelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/febvre-lucien-1878-1956/#i_96785

Pour citer l’article

Sophie L. POIROT-DELPECH, « ENCYCLOPÉDIE FRANÇAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie-francaise/