PANKHURST EMMELINE (1858-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Mrs. Pankhurst, associé à celui de sa fille Christabel, évoque avant tout les combats en faveur de l'émancipation civique des femmes et le mouvement des « suffragettes » anglaises avant 1914. Préparée par ses parents à se battre pour des réformes radicales, elle trouve en son mari, l'homme de loi Richard Marsden Pankhurst, le compagnon de ses premières luttes. Elle est témoin et actrice tout à la fois, en 1882-1884, de la victorieuse campagne pour une nouvelle législation concernant les biens des femmes mariées ; elle est en contact avec les esprits les plus avancés, de James Keir Hardie à William Morris, et figure parmi les premiers adhérents de la toute jeune Société fabienne. Tour à tour déçue par le Parti libéral, par le Parti travailliste indépendant et par tous les mouvements à prédominance masculine, elle en vient, au tournant du siècle, à la conviction que seule une action vigoureuse des femmes leur permettrait d'arracher leur participation à la vie démocratique. En 1903, aidée par sa fille, elle fonde l'Union sociale et politique des femmes (Women's Social and Political Union ou W.S.P.U.). Contrairement à d'autres groupes féministes et à sa rivale, Mrs. Fawcett, Mrs. Pankhurst ne croit plus à l'efficacité de la propagande pacifique : la violence seule lui paraît capable de secouer l'apathie des hommes et de créer un mouvement d'opinion qui convaincrait le Parlement. Cette violence prend des formes variées : de l'interruption de meetings ou de séances des Communes aux manifestations de rues, de l'envoi de poudre à éternuer aux parlementaires au déversement de sacs de farine sur des politiciens connus et, plus dangereusement, à des lacérations de tableaux dans les musées et au dépôt d'explosifs de faible puissance dans les stades ; les affrontements avec la police ne sont pas rares, certaines manifestantes s'enchaînant même à des grilles pour ne pas être emportées. Ces excès impressionnent une partie de l'opinion : en juin 1910, un « bill de concili [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  PANKHURST EMMELINE (1858-1928)  » est également traité dans :

MOUVEMENT SUFFRAGISTE

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER
  •  • 247 mots
  •  • 1 média

s'unissent dans la National Union of Women Suffrage Societies de Millicent Fawcett. Ne croyant plus aux manifestations pacifiques, Emmeline Pankhurst fonde en 1903 la très radicale Women's Social and Political Union. Sous son impulsion, celles qui seront bientôt appelées les suffragettes par la presse s'orientent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-suffragiste/#i_80395

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 270 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre «  L'Angleterre édouardienne »  : […] pouvoir refuse d'aller plus loin et, malgré les violences des suffragettes dirigées par Emmeline Pankhurst, n'accorde pas aux femmes l'égalité civique. Le socialisme d'État brille de ses plus beaux feux, avec les grandes lois sur la journée de huit heures dans les mines, sur les pensions de vieillesse et surtout, en 1911, sur les assurances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_80395

SUFFRAGETTES

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Le terme de suffragettes apparaît en 1903 en Grande-Bretagne pour désigner les militantes d'un mouvement nouveau, l'Union politique et sociale des femmes, fondée à Manchester par Emmeline Pankhurst. Il ne fait pas nécessairement double emploi avec celui, jusqu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suffragettes/#i_80395

Pour citer l’article

Roland MARX, « PANKHURST EMMELINE - (1858-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmeline-pankhurst/