FAGUET ÉMILE (1847-1916)

La bourgeoisie cultivée de la Belle Époque raffola de ce critique : curieux, disert, bon conférencier, Émile Faguet passe pour subtil et brillant. Il sait exposer avec clarté, doser érudition légère et impressionnisme de bon ton ; il se défie des idées générales et des approches trop théoriques ; il a le goût du classement, de la comparaison et de l'analyse, et décortique les œuvres et les auteurs qu'il étudie seulement pour mieux marquer l'unité de leur recherche. Il défend très fermement la tradition classique (en particulier contre le xviiie siècle, qu'il ne prise guère) et s'attache à dégager la valeur morale des grands textes. On voit comment cet esprit clair, enjoué, superficiel, aimablement réactionnaire, sachant cacher son dogmatisme derrière un bavardage humaniste, élégant et plus ou moins discrètement moralisateur, pouvait plaire à son public. Ses études sur les différents siècles de la littérature française comme ses monographies sur des auteurs (Corneille, La Fontaine, Voltaire, Flaubert), écrites avec alacrité, sont parfois encore appréciées. Mais, dans l'ensemble, les travaux de ce critique à la plume trop souvent intempérante tombent peu à peu dans l'oubli.

—  Claude BURGELIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Lyon-II-Louis-Lumière

Classification


Autres références

«  FAGUET ÉMILE (1847-1916)  » est également traité dans :

MAETERLINCK MAURICE (1862-1949)

  • Écrit par 
  • Gérard PRÉVOT
  •  • 1 190 mots

Il n'eut jamais le temps d'être Shakespeare ou Carlyle. À peine le temps d'être Maeterlinck, d'en être ébloui et de se retirer dans l'ombre à tout jamais, lui qui, loin d'être ce « grand écrivain artiste » dont rêvait Faguet, avait écrit dans Le Trésor des humbles : « Je mets l'âme au-dessus des torts les plus cruels et des fautes les plus graves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-maeterlinck/#i_1163

Pour citer l’article

Claude BURGELIN, « FAGUET ÉMILE - (1847-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-faguet/