SCHIAPARELLI ELSA (1890-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cette Italienne pleine de fantaisie est venue à la couture par hasard ; en effet, Elsa Schiaparelli, après un mariage malheureux et un séjour aux États-Unis, doit assurer sa vie et celle de sa fillette « Gogo », et commence à créer des sweaters et des vêtements de sport dans un atelier à Paris ; en 1927, elle s'installe dans un entresol, rue de la Paix. Ses bonnets tricotés, ses sweaters à dessins de nœuds et de cravates en trompe l'œil lui apportent la notoriété. À l'image de Chanel, elle a étendu, peu à peu, ses activités, de la conception de modèles de sport aux tenues de ville puis aux robes du soir, et s'attachera enfin à la création de parfums. Assistée de Bettina Jones, une jeune Américaine d'une allure superbe et d'un humour indomptable, elle subjugue par l'évidence de sa modernité, par l'efficacité de ses formules nouvelles, comme telle robe habillée, de conception hybride « qui ne soit plus celle du jour, sans être celle du soir » (1933).

Elsa Schiaparelli portant une jupe-pantalon

Elsa Schiaparelli portant une jupe-pantalon

Photographie

Fidèle à son mot d'ordre, Shocking, la styliste Elsa Schiaparelli (1890-1973) impose le pantalon dans la garde-robe féminine. Photographie en noir et blanc, 1931. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La maison Schiaparelli s'installe plus au large, place Vendôme, dans les salons précédemment occupés par Chéruit. Dans ce nouveau décor, magistralement composé par Jean-Michel Frank, avec des accessoires créés par Diego Giacometti et une boutique dont les vitrines sont ordonnées avec une extrême fantaisie par Bettina Jones (devenue Mme Gaston Bergery), Schiaparelli présentera pendant quelques années le meilleur de ses créations que porteront des femmes éminentes comme l'honorable Mrs. Fellowes ou la duchesse de Windsor.

Schiaparelli se définit alors comme une couturière « inspirée », retenant pour chaque collection des thèmes, des leitmotive aisément identifiables ; ainsi les capes et accessoires de « verre » (du plastique transparent) pour l'été de 1935, les accessoires bordés de broderie anglaise dessinant les dentelures caractéristiques du « papier pâtisserie » (été de 1936), les boutons en forme de cygne, d'écrevisse, dès 1936 ; pour l'hiver de 1936-1937, une collection « néo-classique » avec des robes du soir inspirées des costumes des tragédies antiques, et des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHIAPARELLI ELSA (1890-1973)  » est également traité dans :

GIVENCHY HUBERT DE (1927-2018)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 866 mots
  •  • 1 média

Né le 20 février 1927 à Beauvais dans une famille qui compte un photographe de mode et un administrateur des manufactures des Gobelins et des manufactures de tapisseries de Beauvais, Hubert de Givenchy est destiné par ses parents à une carrière juridique. Il apprend le droit dans une étude de notaire. Après la Libération, il vient à dix-sept ans à Paris, entre à l'École des beaux-arts et travaille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubert-de-givenchy/#i_92847

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « SCHIAPARELLI ELSA - (1890-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elsa-schiaparelli/