PORTER ELIOT FURNESS (1901-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Photographe américain, né le 6 décembre 1901 à Winnetka, dans l'Illinois, mort le 2 novembre 1990, à Santa Fe, au Nouveau-Mexique.

Frère du peintre Fairfield Porter, Eliot Furness Porter obtient en 1924 une licence en ingénierie à Harvard, puis étudie la médecine dans la même université, dont il sort diplômé en 1929. Il enseigne la biochimie à Harvard de 1929 à 1939, date à laquelle il délaisse sa carrière pour s'adonner à sa passion, la photographie d'oiseaux, dont il fait son métier. La même année, ne tarissant pas d'éloges sur son travail, le photographe Alfred Stieglitz expose ses photographies dans sa galerie nommée An American Place. Si ses premiers clichés d'oiseaux sont en noir et blanc, au début des années 1940, Eliot Furness Porter commence à utiliser le tout nouveau film couleur Kodachrome, dont la faible sensibilité nécessite l'utilisation de gros flashs – les flashbulbs – pour parvenir à une exposition correcte. Afin d'obtenir des photographies détaillées, outre les imposants flashs, Porter travaille avec du matériel encombrant qui entrave ses déplacements, aussi doit-il parfois attendre plusieurs heures, voire des jours, pour que l'oiseau dont il convoite l'image vienne se percher suffisamment près de lui. D'un point de vue ornithologique, ces clichés, à l'instar des dessins et peintures de John James Audubon, sont d'une grande importance car extrêmement minutieux. La précision de la technique et la finesse de la composition en font également des photographies d'une valeur artistique indubitable. Le travail de Porter, dans le style de la photographie artistique « pure » d'Ansel Adams, donne à voir le sujet tel qu'il est, dans son cadre, tout en mettant l'accent sur la couleur et le détail.

Des oiseaux, Eliot Furness Porter glisse peu à peu vers les paysages sauvages. En 1962, il présente sa première exposition sur ce sujet : In Wildness Is the Preservation of the World, (« la préservation du monde se trouve dans la nature sauvage »). Militant de la protection de l'environnement, Porter publiera le catalogue de l'exposition ainsi que plusieurs autres ouvrages aux éditions Sierra Club. The Place No One Knew (1963, « lieu inconnu »), Baja California (1967), Galapagos (1968), Appalachian Wilderness (1970, « Appalaches sauvages ») et The Tree Where Man Was Born (1972, « l'arbre, berceau de l'humanité ») sont quelques-uns de ses livres de photographies sur la nature. Nombre de ses plus belles images d'oiseaux sont rassemblées dans un ouvrage intitulé Birds of North America (1972).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  PORTER ELIOT FURNESS (1901-1990)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Du document personnalisé au monde fantastique »  : […] La différence entre la tendance documentaire et la tendance subjective réside moins dans l'apparence des images que dans l'attitude spirituelle initiale du photographe, attitude évidemment difficile à prouver. Aux photographes soucieux de la relation de la forme et du fond – cherchant à montrer au mieux une réalité, même s'il faut pour cela l'interpréter – s'opposeraient des photographes inquiets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_50338

Pour citer l’article

« PORTER ELIOT FURNESS - (1901-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eliot-furness-porter/