SARKIS ELIAS (1924-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Elias Sarkis, qui sera président du Liban de 1976 à 1982, naît à Chebanieh le 20 juin 1924 dans une famille maronite aux ressources modestes. Il n'est apparenté ni de près ni de loin aux grands lignages qui se partagent la direction de la communauté et le destin du Liban. Il travaille déjà, dans l'administration des chemins de fer, lorsqu'il obtient son baccalauréat en 1945 et choisit d'étudier le droit. Homme de dossiers, travailleur infatigable, fonctionnaire zélé à la probité remarquée dans l'exercice de ses fonctions de juge à la Cour des comptes où il est nommé en 1953, ce solitaire amateur de lecture et de marche en montagne est appelé à de hautes fonctions en 1958. Le général Fouad Chéhab, nouveau président de la République, qui ambitionne de mettre fin au règne des grandes familles et des « fromagistes », l'appelle à ses côtés.

Une caricature du quotidien al-Nahâr a représenté à l'époque Elias Sarkis dans la tenue et l'attitude de Louis XIV peint par Rigaud. « L'État, c'est moi », semble dire le jeune haut fonctionnaire à l'allure aimable et décidée. À la fois directeur des douanes et, de 1962 à 1966 (sous la présidence de Charles Hélou), directeur général de la Présidence, il va donner toute la mesure de ses talents d'organisateur, de juriste et de négociateur. Non seulement il lance une série de chantiers, routes, écoles, hôpitaux, ainsi qu'une vaste enquête économique et sociale sur l'état du pays, mais encore il suggère au président Chéhab d'importants remaniements administratifs destinés à lutter contre la corruption et le népotisme au sein de la fonction publique ainsi que contre des inégalités régionales et communautaires manifestes. Dans l'exercice de sa mission, il se heurte déjà au conservatisme des élites traditionnelles et apprend à composer avec elles afin de promouvoir les réformes qu'il propose.

Elias Sarkis est unanimement salué pour sa compétence, et sa nomination comme gouverneur de la Banque centrale en juin 1967 est accueillie dans la satisfaction générale après le spectaculaire krach de la banque Int [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : chercheur à la Fondation nationale des sciences politiques, docteur en science politique

Classification


Autres références

«  SARKIS ELIAS (1924-1985)  » est également traité dans :

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 458 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Ni guerre ni paix (1977-1981) »  : […] L'« arabisation » de la crise ne favorise guère le dialogue entre Libanais. Elle enferme les adversaires dans leur opposition irréductible, installe le Liban dans la guerre. Pour succéder à Sleiman Frangié dont les insurgés réclamaient le départ anticipé, Élias Sarkis a été élu par les députés le 8 mai 1976. Gouverneur de la Banque du Liban, proche du général Chehab, il est préféré par la puissan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liban/#i_82683

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 141 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Paix syrienne au Liban »  : […] Le général Assad n'ambitionne probablement pas d'annexer le Liban mais seulement – plus simplement ? – de l'inclure dans une sphère d'influence au sein de laquelle un État protecteur (la Syrie) désigne à des États protégés leur véritable ennemi et leurs intérêts. Ainsi, la Syrie poursuit-elle, dans ce petit pays, un dessein invariable : maintenir sa liberté d'action face à Israël. Responsable du f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_82683

Les derniers événements

1er-23 septembre 1982 • LibanAssassinat de Béchir Gemayel et élection de son frère Amine à la présidence

, est élu président de la République dès le premier tour par 77 voix ; il y a eu 3 bulletins blancs. Le nouveau chef de l'État, qui succède, le 23, à Elias Sarkis, s'engage à « assumer la responsabilité monumentale de réunifier et reconstruire le Liban ».  [...] Lire la suite

1er août - 1er septembre 1982 • Israël - LibanÉvacuation de Beyrouth-Ouest par les Palestiniens

ans par cinquante-sept voix et cinq bulletins blancs au second tour de scrutin. Dix-huit des quarante et un députés musulmans ont assisté à la séance. Âgé de 34 ans, le nouveau président est appelé à succéder le 23 septembre à Élias Sarkis.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Elizabeth PICARD, « SARKIS ELIAS - (1924-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-sarkis/