HRAOUI ELIAS (1925-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique libanais. Né dans une famille maronite engagée dans la vie publique, l'ex-député Elias Hraoui a conquis la notoriété en 1989, en acceptant la présidence du Liban après l'assassinat de son prédécesseur René Moawad. Son mandat marque la reprise d'une vie politique relativement normale après la guerre civile qui avait opposé pendant quinze ans (1975-1989) milices chrétiennes et forces « islamo-progressistes ». Originellement prévue pour six ans, sa présidence se verra prorogée de trois ans lors de l'intervention directe de la Syrie sur les destinées du Liban, en 1995. Après la mise à l'écart de rebelles comme le général Aoun, au milieu des troubles internes et des incursions israéliennes, Hraoui organise enfin des élections législatives et redonne vie aux instances de l'État. Son habileté manœuvrière et ses liens personnels avec Hafez al-Assad lui permettent de faire accepter aux « protecteurs » syriens des décisions profitables au Liban.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  HRAOUI ELIAS (1925-2006)  » est également traité dans :

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 467 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L’impuissance des gouvernements »  : […] Pendant deux années d'état de grâce (octobre 1992-octobre 1994), la politique de réformes et de grands travaux menée par Rafic Hariri a impulsé un coup de fouet à l'économie grâce à un redressement spectaculaire de la livre libanaise et à l'injection de capitaux privés. Mais elle est ternie par un endettement croissant et une corruption envahissante. Hariri se heurte à l'obstruction systématique d […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 889 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Paix syrienne au Liban »  : […] Le général Assad n'ambitionne probablement pas d'annexer le Liban mais seulement – plus simplement ? – de l'inclure dans une sphère d'influence au sein de laquelle un État protecteur (la Syrie) désigne à des États protégés leur véritable ennemi et leurs intérêts. Ainsi, la Syrie poursuit-elle, dans ce petit pays, un dessein invariable : maintenir sa liberté d'action face à Israël. Responsable du f […] Lire la suite

Les derniers événements

15 octobre 1998 Liban. Élection d'Émile Lahoud à la présidence de la République

Élias Hraoui qui doit achever son mandat le 23 novembre. Cette désignation a nécessité l'amendement préalable de la Constitution qui interdisait l'élection d'un fonctionnaire en exercice. La Constitution avait déjà été modifiée, en 1995, pour permettre la prolongation de trois ans du mandat d'Élias Hraoui, élu une première fois en 1989.  […] Lire la suite

19 octobre 1995 Liban. Prorogation du mandat du président Elias Hraoui

Elias Hraoui ; son mandait venait, en effet, à échéance en novembre, et la Loi fondamentale lui interdisait de se représenter. Seuls onze députés votent contre. L'opinion publique et la hiérarchie maronite sont hostiles à cette prorogation. Le Parlement l'était également jusqu'à ce que le président syrien Hafez el-Assad s'y déclare favorable. La Syrie […] Lire la suite

16-22 octobre 1992 Liban. Nomination du milliardaire Rafic Hariri au poste de Premier ministre

Elias Hraoui charge Rafic Hariri, milliardaire musulman sunnite, réputé proche de l'Arabie Saoudite mais aussi des États-Unis et de la France, de former le gouvernement. Le nouveau Premier ministre renouvelle ensuite l'équipe précédente en nommant de nombreux techniciens, mais laisse à des proches de la Syrie les ministères politiques.  […] Lire la suite

15-22 mai 1991 Liban – Syrie. Officialisation par un traité de l'hégémonie de la Syrie au Liban

Elias Hraoui consacre l'hégémonie de la Syrie sur le Liban. Israël condamne l'« annexion » du Liban par la Syrie.  […] Lire la suite

3-24 décembre 1990 Liban. Nouveau gouvernement d'Omar Karamé

Elias Hraoui charge Omar Karamé, frère du Premier ministre Rachid Karamé assassiné en 1987, de constituer un gouvernement d'unité nationale. Le 24, Omar Karamé annonce la formation d'un gouvernement composé de quinze ministres musulmans et de quinze ministres chrétiens. Les Forces libanaises et le Parti phalangiste refusent d'y participer en raison […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HRAOUI ELIAS - (1925-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-hraoui/