HOWE ELIAS (1819-1867)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’Américain Elias Howe est moins connu que son compatriote Isaac Merritt Singer (1811-1875) ou le Français Barthélemy Thimonnier (1793-1857), mais c’est pourtant ce mécanicien qui a mis au point la machine à coudre dans le principe qui subsiste aujourd’hui.

Machine à coudre d’Elias Howe

Machine à coudre d’Elias Howe

photographie

Ayant fait l'objet d’un brevet déposé le 10 septembre 1846, cette machine à coudre originale a été mise au point par l’Américain Elias Howe. En bas à gauche de l'image, on voit l'aiguille courbe qui, disposée au bout d'un levier, pénètre horizontalement dans le tissu (qui vient se... 

Crédits : Bettman/ Getty Images

Afficher

Né le 9 juillet 1819 à Spencer (Massachusetts), Howe est considéré outre-Atlantique comme le véritable inventeur de la toute première machine domestique qui a pénétré des milliers de foyers américains dès la fin du xixe siècle. Il doit cette célébrité autant à son habileté mécanique qu’à son histoire personnelle, digne de la légende des héros américains. Simple apprenti en 1840, il finira sa vie fort riche, au terme d’une existence très mouvementée.

Après nombre de tentatives pour mécaniser la couture, c’est Barthélemy Thimonnier qui dépose en 1830, avec Auguste Ferrand, un brevet français pour son « couso-brodeur ». Destinée à coudre et à broder, cette machine, à structure de bois, remporte un certain succès dans la fabrication d’uniformes pour l’armée, mais son principe, qui repose sur la technique du point de navette réalisé avec un seul fil, présentait deux inconvénients : en cas de rupture du fil, la couture pouvait se défaire rapidement, et sa vitesse restait limitée à quelque 200 points par minute.

L’invention de Howe se fonde sur un principe nouveau. Celui-ci met en jeu deux fils dont la boucle se fait par le biais d’une aiguille à chas d’un côté et d’une navette rotative de l’autre. Il dépose son brevet le 10 septembre 1846, peu de temps après celui de l’Américain Walter Hunt (1796-1859), concepteur d’une machine proche, mais qui ne fut jamais réalisée. Après de difficiles tentatives de commercialisation, aux États-Unis puis en Angleterre, Howe verra son invention susciter l’intérêt de fabricants américains dont Singer, auteur d’une machine équivalente brevetée en 1851 puis rapidement produite en très grande série. Ce n’est qu’après plusieurs recours que l’antériorité de Howe sera reconnue, lui apportant, grâce à d’intéressants pourcentages sur les ventes de machines Singer, des revenus substantiels. Howe meurt le 3 octobre 1867 à New York.

—  Bruno JACOMY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOWE ELIAS (1819-1867)  » est également traité dans :

MACHINE À COUDRE DE THIMONNIER

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 194 mots

Le Français Barthélémy Thimonnier brevète, en 1830, la première machine à coudre. Celle-ci, construite en bois, peut effectuer une couture continue à un fil, en point de chaînette. Pour confectionner des uniformes militaires, Thimonnier en fabrique 80 exemplaires. C'est l'Américain Elias Howe qui améliore ensuite cette machine, en combinant un second fil, une aiguille et une navette. Il dépose un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine-a-coudre-de-thimonnier/#i_56773

Pour citer l’article

Bruno JACOMY, « HOWE ELIAS - (1819-1867) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-howe/