Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROOSEVELT ELEANOR (1884-1962)

  • Article mis en ligne le
  • Écrit par et

Épouse de Franklin Delano Roosevelt, Eleanor Roosevelt, Première Dame des États-Unis de 1933 à 1945, fut ensuite diplomate pour les Nations unies. Elle fut, en son temps, l'une des femmes les plus admirées et les plus puissantes au monde.

Née le 11 octobre 1884 à New York, Anna Eleanor Roosevelt est la nièce du président Theodore Roosevelt (1901-1909). Élevée dans une famille aisée, elle perd ses deux parents, Elliott Roosevelt et Anna Hall Roosevelt, avant l'âge de dix ans et est confiée avec son frère à des proches. À quinze ans, la jeune fille entre au pensionnat d'Allenswood, près de Londres. Elle apprend à y cultiver la curiosité intellectuelle mais aussi le goût des voyages et de l'excellence. C'est avec regret qu'elle rentre à New York à l'été de 1902 pour préparer ses débuts en société. Perpétuant la tradition familiale, elle consacre son temps à la communauté, donnant par exemple des cours dans un centre social de Manhattan.

Peu après son retour aux États-Unis, la jeune Eleanor est courtisée par son lointain cousin Franklin D. Roosevelt, qu'elle épouse le 17 mars 1905. Entre 1906 et 1916, elle lui donnera six enfants, dont un mourra en bas âge. Lorsque Franklin devient sénateur de l'État de New York en 1911, la famille déménage à Albany, où Eleanor Roosevelt apprend le métier d'épouse d'un personnage public. Quand son mari est nommé secrétaire adjoint à la Marine en 1913, elle le suit à Washington, continuant à remplir son rôle sans enthousiasme. Après l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale en 1917, elle reprend ses activités bénévoles auprès des soldats blessés et de la Croix-Rouge.

En 1918, elle découvre que son mari a une aventure avec une secrétaire. Soucieux de sa carrière politique, Franklin refuse le divorce qu'elle lui propose et accepte de ne plus voir sa maîtresse. Il continuera cependant à être attiré par d'autres femmes. En 1920, il postule sans succès à la vice-présidence pour le Parti démocrate. Nourrissant à cette époque un intérêt accru pour la politique, Eleanor Roosevelt désire œuvrer pour de grandes causes et soutenir la carrière de son mari, atteint de poliomyélite depuis 1921. Elle rejoint la Women's Trade Union League et adhère au Parti démocrate local. Membre de la commission des affaires législatives de la League of Women Voters, elle commence à étudier le Bulletin du Congrès et apprend à interpréter les relevés de vote et les débats. Lorsque Franklin Roosevelt devient gouverneur de l'État de New York en 1929, elle saisit cette occasion pour allier sa carrière naissante à ses devoirs d'épouse. Elle continue à enseigner dans l'école de jeunes filles Todhunter, à Manhattan.

Durant les douze années où elle assume la charge de First Lady, elle devient, par l'ampleur de ses activités et sa défense des causes libérales, une figure presque aussi controversée que celle de son époux. Eleanor Roosevelt instaure ainsi à la Maison-Blanche des conférences de presse réservées aux correspondantes féminines et oblige les services télégraphiques qui n'employaient pas de femmes à le faire. Par déférence pour l'infirmité du président, elle réalise pour lui de nombreux voyages d'où elle lui rapporte la situation du pays et de l'opinion publique. Critiquées par certains, ces excursions inhabituelles sont souvent accueillies chaleureusement par les intéressés. À partir de 1936, la Première Dame tient une rubrique quotidienne, intitulée « My Day », dans un journal. Appréciée pour ses interventions lors de diverses réunions, elle défend plus particulièrement la condition des enfants, l'amélioration des logements et l'égalité des droits pour les femmes et les minorités raciales.

En 1939, lorsque l'organisation conservatrice Daughters of the American[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Betty BOYD_CAROLI et Encyclopædia Universalis. ROOSEVELT ELEANOR (1884-1962) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le