ROBINSON EDWIN ARLINGTON (1869-1935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premier poète américain d'importance apparu au xxe siècle, Edwin Arlington Robinson est largement un produit du xixe siècle finissant. Proche des trois grands moments de ce siècle, le romantisme, la période victorienne et le transcendantalisme, il vient à l'existence en même temps que cet « Âge doré » que Mark Twain et Henry Adams vilipendèrent à leur heure.

C'est en 1869 que Robinson naît à Head Tide (Maine), troisième fils non désiré d'une famille vieillie. Il a dit un jour qu'il était né « la peau retournée » et que son existence avait été « un enfer sur la terre » ; à rapprocher les événements tragiques de sa vie et sa sensibilité exacerbée, on comprendra ce que son œuvre et son personnage peuvent recéler de noirceur et de pessimiste ironie. Ses deux frères, dont le second avait épousé la femme qu'il aimait, moururent tôt, déséquilibrés, et sa mère, déjà veuve, mourut peu après. Dans l'intervalle, Robinson n'avait pu suivre que deux années d'études à Harvard avant de devoir quitter l'université en raison des difficultés financières de sa famille. Aussi cet homme qui se sentira toujours raté accorde-t-il quelque importance aux signes extérieurs du succès tout en réservant un souverain mépris aux moyens triviaux d'y parvenir.

Son œuvre ne cesse de dénoncer un âge de fausseté, de clinquant et de tricherie, le temps de mensonge que fut la période séparant la guerre de Sécession de la Première Guerre mondiale aux yeux de nombreux lettrés américains. Homme fondamentalement honnête, habité de visions grandioses, excellent artisan du vers dont il apprend très tôt à maîtriser toutes les formes, E. A. Robinson se tournera de plus en plus vers le passé tout au long d'une solitaire et misérable vie.

Ses premiers écrits paraissent à compte d'auteur : The Torrent and the Night Before (1896), transformé, en 1897, en Children of Night. En 1898, il quitte pour New York la boom-town de Gardiner où il a grandi et s'adonne de façon croissante à la boisson, désespéré de n'être pas reconnu. Mais ses [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature américaine à l'université d'Orléans

Classification


Autres références

«  ROBINSON EDWIN ARLINGTON (1869-1935)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Frost et Robinson »  : […] Certes, on distingue déjà chez un Trumbull Stickney, chez Louise Imogen Guiney, R. W. Gilder ou Madison Cawein une volonté de se déprendre de la tradition victorienne et georgienne qui domine alors l'Angleterre, et l'on ne peut minorer l'importance d'isolés comme Frost ou Robinson : sans provoquer de bouleversement formel, ils annoncent un réenra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_88466

Pour citer l’article

Marc CHÉNETIER, « ROBINSON EDWIN ARLINGTON - (1869-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-arlington-robinson/