LORENZ EDWARD (1917-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connu comme le père de « l'effet papillon », le météorologue américain Edward Lorenz est né à West Hartford, dans le Connecticut, le 23 mai 1917. Lorenz accomplit des études universitaires en mathématiques au Dartmouth College à Hanover dans le New Hampshire, puis à l'université d'Harvard avant de s'orienter vers un mastère en météorologie au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) de Cambridge (États-Unis). Membre du service des prévisions météorologiques de l'armée de l'air américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, il soutient une thèse de doctorat en météorologie en 1948 au M.I.T., là où, assistant puis professeur et enfin directeur du département de météorologie, il poursuivra toute sa carrière jusqu'à sa retraite en 1987. Il décède d'un cancer le 16 avril 2008 à Cambridge (États-Unis).

En 1959, Lorenz s'équipe d'un ordinateur « capable d'effectuer une multiplication en 17 millisecondes et d'imprimer une ligne de nombre en 10 secondes ». Raisonnant comme « un météorologue professionnel et un mathématicien amateur », il le programme dans le but de tester un système d'équations non linéaires décrivant une douzaine de variables caractérisant un système dissipatif. Comme il désire répéter de façon plus précise la simulation numérique, il stoppe l'ordinateur et relance la procédure de calcul à partir de résultats intermédiaires imprimés quelques minutes auparavant. Ayant quitté son bureau pour boire une tasse de café, il y retourne et découvre des prédictions totalement différentes. Examinant de près la suite de nombres imprimés, il s'aperçoit que l'écart entre les deux prédictions s'est accru considérablement après être resté petit pendant les premières étapes. Il comprend que les données de départ qu'il avait fournies à l'ordinateur étaient en fait un peu différentes des valeurs calculées initialement car les nombres étaient affichés après avoir été arrondis. Il comprend alors que si l'atmosphère se comporte comme le modèle qu'il utilise, la prévision météorologique est impossible à long terme car on ne peut pas déterminer avec une précision infinie le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  LORENZ EDWARD (1917-2008)  » est également traité dans :

CHAOS, physique

  • Écrit par 
  • Pierre BERGÉ, 
  • Monique DUBOIS
  •  • 3 385 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Où trouver la sensibilité aux conditions initiales ?  »  : […] La propriété de sensibilité aux conditions initiales (S.C.I.) avait déjà été pressentie vers 1875 par James Clerk Maxwell , puis par Henri Poincaré. Ensuite, le météorologiste, Edward Lorenz, étudiant les solutions d'un ensemble de trois équations différentielles ordinaires, qui représentaient un modèle très simplifié des écoulements dans l'atmosp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaos-physique/#i_85364

TURBULENCE

  • Écrit par 
  • Fabien ANSELMET, 
  • Michel COANTIC, 
  • Gérard TAVERA
  •  • 24 115 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Solutions chaotiques, sensibilité aux conditions initiales et attracteurs étranges »  : […] En 1963, un météorologiste, Edward N. Lorenz, se posait la question suivante : la difficulté de la prévision météorologique est-elle due à une approche maladroite et au grand nombre de calculs à effectuer, ou bien à une raison plus fondamentale ? Pour tenter de répondre à cette question, il élabora un schéma extrêmement simplifié de la convection n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbulence/#i_85364

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « LORENZ EDWARD - (1917-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-lorenz/