Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TORROJA EDUARDO (1899-1961)

Comme Maillart et Freyssinet, l'Espagnol Torroja était ingénieur et, comme eux, il porta ses recherches vers les possibilités offertes par le béton armé (il fut directeur de l'Institut technique de la construction et du ciment de Madrid). La formation technique de Torroja lui aura été plus utile qu'une connaissance de l'histoire de l'architecture : parti d'une réflexion sur la structure, et non plus l'ossature, il invente la construction en coque, où tous les points ont la même importance et où l'opposition entre l'élément porteur et l'élément porté est abolie par une distribution spatialisée mais partagée des forces en jeu. On peut dire que la réévaluation du toit comme élément fondamental dans l'architecture aura été, au prix d'un certain illusionnisme, le geste majeur de Torroja (ceux du marché couvert d'Algésiras, en 1933, et de l'hippodrome de la Zarzuela à Madrid, en 1935, le rendirent célèbre). Bien qu'il défende la simplicité et l'« objectivité » en architecture, comme il le déclare dans son livre Philosophy of Structures, publié à Berkeley en 1958, Torroja ne se débarrassera jamais d'un certain baroquisme : la disparition totale d'éléments porteurs (les toits, ou coques, en forme de parachutes sont autoporteurs puisqu'ils « sont » le bâtiment) ne se fait pas sans un certain recours à l'idéologie de l'effet (les articulations sont masquées dans le continu de la nappe cimentée). Remplacer le statisme de l'orthogonalité par le dynamisme des courbes — le béton armé permettant, par son extrême résistance aux pressions, une grande économie de matière, un « rognement des angles » —, tel aura été le désir de Torroja, dont d'autres, après sa mort, poursuivront la mise en œuvre.

— Yve-Alain BOIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université Harvard

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Béton

    • Écrit par Bernard HAMBURGER
    • 3 200 mots
    • 4 médias
    ...aient été réalisées en béton armé, avec les immenses hangars paraboliques d'Orly (Freyssinet). Les œuvres ultérieures de l'ingénieur suisse Maillart, de l'EspagnolTorroja, de l'Italien Nervi, de Félix Candela au Mexique et de Bernard Lafaille en France seront l'aboutissement de ces tentatives.

Voir aussi