SÉGUIN EDOUARD (1812-1880)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychiatre américain d'origine française, pionnier en matière d'éducation d'enfants attardés mentaux.

Né le 28 janvier 1812 à Clamecy (Yonne), dans une famille de médecins, Séguin fit ses études au collège à Auxerre puis au lycée Saint-Louis à Paris, avant d'étudier la médecine et la chirurgie. Très tôt, il s'intéressa aux maladies mentales et, jeune médecin, il assistait les psychothérapeutes Jean-Marc Itard et Jean Étienne Esquirol. En 1839, Séguin ouvrit en France une école destinée aux enfants attardés mentaux ; il y appliqua une méthode de traitement, largement acceptée par la suite, fondée sur l'hypothèse révolutionnaire que les « idiots » n'étaient atteints ni de maladie ni d'anomalie cérébrales, mais qu'ils avaient seulement été frappés d'un arrêt du développement mental, avant, pendant ou après la naissance. Le traitement consistait en un entraînement sensoriel destiné à permettre au patient d'arriver à l'insertion sociale. La méthode de Séguin fit école en Europe. Il publia en 1846 Traitement moral, hygiène et éducation des idiots qui devint un ouvrage classique en psychologie.

Mal à l'aise avec l'atmosphère politique française, Séguin émigra aux États-Unis, s'installant d'abord dans l'Ohio (1851), puis à New York (1854). Il créa plusieurs institutions pour enfants attardés et, en 1860, fonda sa propre maison d'éducation à Mont Vernon (New York).

En 1866, Séguin publia son second traité, L'Idiotie : ses traitements par la méthode physiologique, et enseigna ses principes à la Seguin Medical School d'Orange (New Jersey), en défendant énergiquement sa méthode d'entraînement sensorimoteur. Son fils, Edward Constant, devint un éminent neurologue américain.

—  Universalis

Classification

Les derniers événements

France. Désignation de Philippe Séguin comme candidat du R.P.R. pour les municipales à Paris. 23 mai 2000

La commission d'investiture du R.P.R. désigne Philippe Séguin, député des Vosges, comme candidat aux élections municipales de mars 2001 dans la capitale. Il n'était plus opposé qu'au maire sortant, Jean Tiberi, qui maintient sa candidature. Marginalisé au sein du R.P.R., ce dernier, qui juge […] Lire la suite

France. Élection de Philippe Séguin à la présidence du R.P.R. 6-10 juillet 1997

Le 6, les assises extraordinaires du Rassemblement pour la République (R.P.R.) réunies à Paris élisent Philippe Séguin, ancien président de l'Assemblée nationale, à la présidence du mouvement néo-gaulliste. Le député-maire d'Épinal (Vosges) succède à ce poste à l'ancien Premier ministre Alain […] Lire la suite

France. Victoire de l'opposition de gauche aux élections législatives et nomination de Lionel Jospin comme Premier ministre. 1er-19 juin 1997

e République, après celles qui avaient été inaugurées respectivement en mars 1986 et mars 1993 par Jacques Chirac et Édouard Balladur sous la présidence de François Mitterrand. Le 3, le P.R.S., les Verts et le Mouvement des citoyens (M.D.C.) décident de former un groupe parlementaire […] Lire la suite

France. Changement de la politique économique et sociale. 26 octobre 1995

abandonne ainsi « l'autre politique », prônée par Philippe Séguin, pour se rapprocher de la politique suivie par l'ancien Premier ministre, Édouard Balladur. La veille, Jacques Chirac s'était engagé auprès du chancelier Helmut Kohl, à Bonn, à privilégier la réduction des déficits, ce qui avait permis aux […] Lire la suite

France. Adoption de la législation anticorruption. 2-23 décembre 1994

Le 2, la commission sur la corruption nommée par le Premier ministre en septembre et présidée par le premier président honoraire de la Cour de cassation, Simone Rozès, remet son rapport à Édouard Balladur. Le document préconise des mesures concernant les marchés publics, la vie des entreprises […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SÉGUIN EDOUARD - (1812-1880) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-seguin/