WILSON EDMUND (1895-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le musée imaginaire de la culture américaine

Pendant cinq décennies il a ainsi écrit des centaines d'articles qui constituent une sorte de musée imaginaire de la culture américaine. Tantôt il regroupe ces textes sous forme de chroniques, sans leur chercher d'autre unité que l'atmosphère particulière d'une époque. Tantôt il s'attache à traiter certains auteurs selon une optique commune, James et Dickens entre autres dans The Wound and the Bow (1941), par exemple, dans lequel il tente d'élucider le mystère de la création par l'analyse détaillée de certaines blessures psychiques subies pendant l'adolescence. Enfin trois grandes études, auxquelles Wilson consacrera de nombreuses années, Axel's Castle (1931), To the Finland Station (1940) et Patriotic Gore (1962), s'attaquent à des problèmes plus vastes, brossent des fresques plus amples afin d'étudier des situations culturelles fondamentales. Il s'agit dans le premier ouvrage de la formation de la sensibilité contemporaine depuis le symbolisme jusqu'à Joyce et Gertrude Stein ; dans le deuxième, des origines et du cheminement de la pensée marxiste jusqu'à la révolution russe ; dans le troisième enfin, des conséquences d'un événement crucial de l'histoire américaine, la guerre de Sécession, dans laquelle Wilson tente de trouver les causes d'un affaiblissement de la morale privée et publique, de la corruption généralisée provoquée par la dictature de l'argent et des affaires. Dans Patriotic Gore, la satire et la nostalgie l'emportent parfois sur l'enquête littéraire et historique, les problèmes personnels sur le détachement scientifique. Déjà avec son premier ouvrage autobiographique publié six ans plus tôt, A Piece of My Mind (1956), Wilson avait exprimé son désaccord avec son époque, son amertume de ne pouvoir influer sur le cours de celle-ci. Dans A Prelude (1967) et Upstate (1972), il se retire dans sa tour d'ivoire, se penche sur son passé et, tel Thoreau dans Walden, condamne le présent au nom de la verte Amérique défunte, pratiquant la résistance passive en refusant le paiement de l'impôt. Il mourut dans sa retrait [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  WILSON EDMUND (1895-1972)  » est également traité dans :

FITZGERALD FRANCIS SCOTT (1896-1940)

  • Écrit par 
  • André LE VOT
  •  • 2 705 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renouvellement des mythes romanesques »  : […] Mais son originalité tient moins à ce rôle de porte-drapeau ou de bouc émissaire qu'à la spécificité de son domaine romanesque et à l'acuité du regard critique qu'il jette sur le mythe américain du succès. L'Amérique qu'il met en scène s'inscrit en effet en contraste total avec la tradition. Depuis Fenimore Cooper et avec Melville, Twain, London, le romancier américain rejette les ressorts de la v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-scott-fitzgerald/#i_43536

Pour citer l’article

André LE VOT, « WILSON EDMUND - (1895-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmund-wilson/