ÉCLIPSE (Théâtre Zingaro)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il y a le Noir. Il y a le Blanc. Il y a le jour, et puis la nuit. Il y a le yin et le yang, le masculin et le féminin, l'ombre et la lumière, ce qui est vu et ce qui est caché. Il y a l'homme et l'animal étroitement mêlés...

Abandonnant les ors et les rouges des premiers cabarets équestres qui le firent connaître, les cavalcades de l'Opéra équestre, le miroir d'eau de Chimère..., Bartabas, fondateur de Théâtre Zingaro, explore, avec Éclipse (Fort d'Aubervilliers), des voies nouvelles en apparence pour célébrer le dieu cheval. Il a fait du dépouillement sa règle, du refus de l'effet sa loi, jusque dans les costumes en noir et blanc qui habillent la douzaine de comparses qui l'accompagnent – cavaliers, voltigeurs, danseurs transfuges de Pina Bausch ou de Béjart, natifs de France, mais aussi du Maroc, des États-Unis, de Cuba et d'Espagne. Des costumes qu'on croirait copiés sur les robes des vingt-six chevaux frémissants répondant aux noms de Lautrec, Quixotte, Vinaigre, Terminator ou Zingaro, le frison noir à la crinière épaisse, compagnon de Bartabas depuis la naissance de la troupe elle-même.

Sur la piste de sable clair où tombent, un instant, d'irréels flocons de neige, ce n'est que suite d'exercices à la rigueur extrême, de figures rares et complexes, d'images souriantes ou graves, un rien malicieuses parfois, mais toutes en paix profonde, simples et belles. Ainsi la cavalière à la robe aux trois couleurs identiques à celle de son cheval ; ainsi, le combat du danseur noir et de l'acrobate blond ; ainsi, bien sûr, Bartabas lui-même, véritable centaure qui a dépassé depuis longtemps le stade de la simple connivence avec sa monture pour ne plus faire qu'un avec elle, dans une totale symbiose. Il faut le voir, cavalier-Pégase qui se fond en un même corps avec son cheval dans un galop arrière, ou bien qui l'enveloppe des longs voiles noirs de ses bras, telles des ailes d'ange...

Dans la pureté des attitudes et des gestes, les mouvements et les pas remplacent les mots, laissant affleurer une émotion unique au rythme des accords cérémoniels et lents des musiciens venus d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « ÉCLIPSE (Théâtre Zingaro) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eclipse/