MATIC DUSAN (1898-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux côtés de M. Ristic, M. Dedinac et O. Davice, Dusan Matic fut l'une des plus grandes figures du mouvement surréaliste yougoslave. Dans le développement du mouvement surréaliste à Belgrade, parallèle et non postérieur au mouvement français, l'apport de Dusan Matic fut déterminant.

Matic s'était réfugié en France après la défaite de l'armée serbe en 1915. C'est à cette époque qu'il se lia avec les futurs surréalistes (André Breton, Paul Eluard, Philippe Soupault...) et ceux qui, tel Tristan Tzara, refuseront dans un premier temps de rejoindre le mouvement. Après la brouille Breton-Tzara, conséquence de la tentative faite par le premier de tenir un « congrès de Paris », Dusan Matic regagne la Yougoslavie où il collabore à la revue Putevi (Les Voies) en compagnie de M. Dedinac et M. Ristic. Il se fait le défenseur passionné de l'esprit nouveau et commente l'actualité de Paris où il revient à temps pour signer le fameux Manifeste.

Les surréalistes yougoslaves et Dusan Matic vont rejoindre rapidement des positions « révolutionnaires ». Bientôt, l'idéologie surréaliste est perçue à la lumière du matérialisme historique, et les poètes surréalistes de Belgrade parlent volontiers d'une « dialectique de la morale », d'une « morale du désir », d'une « morale moderne révolutionnaire ». Cette attitude les conduira à plusieurs reprises en prison.

Par un retournement historique des choses, plusieurs ex-surréalistes, comme K. Popovic, occuperont, dans la Yougoslavie de Tito, de hautes fonctions. Dusan Matic lui-même sera honoré. Après la Seconde Guerre mondiale, il n'oublie pas les leçons des années vingt et trente. Son œuvre comprend des traductions de Flaubert, Zola, Michaux, Saint-John Perse ; des romans, dont le précieux La Robe de bal d'Anna ; de nombreux essais sur le surréalisme. Mais, en définitive, c'est l'expression poétique qui domine chez lui. Parmi ses nombreux recueils citons : Songes et mensonges de la nuit, La Porte de la nuit et La Rose des vents. Retenons encore ce très bel hommage rendu au fondateur du surréalisme avec André Breton oblique.

L'œuvre poétique de Dusan Matic se caractérise par un attachement fidèle aux thèmes de la nuit et du sommeil, attachement qui justifie le propos selon lequel le surréalisme fut la « queue de comète du romantisme ». Mais, ainsi que l'a souligné Alain Jouffroy, cette connivence ne va pas sans une vigilance toujours accrue, une lucidité en permanence aiguisée. Aussi a-t-on pu écrire avec exactitude que chez Dusan Matic « le grand délire se lie sans cesse à la conscience critique ».

—  André LAUDE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

André LAUDE, « MATIC DUSAN - (1898-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dusan-matic/