DONG ZHONGSHU [TONG TCHONG-CHOU] (179 av. J.-C.?-104 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe confucianiste du ~ iie siècle, Dong Zhongshu est l'auteur du Chunqiu fanlu, ouvrage consistant en une série d'essais sur des problèmes de cosmologie et de philosophie morale et politique. En réaction contre l'autocratisme des Qin, les théoriciens du début des Han préconisent un gouvernement fondé sur le « non-agir ». Dong Zhongshu est un des plus importants de ces penseurs. C'est à son instigation que le confucianisme devient la doctrine officielle de l'État impérial et que le système des examens portant sur les classiques est institué pour le recrutement des fonctionnaires. Mais le confucianisme de Dong Zhongshu n'est plus tout à fait celui des anciens philosophes, Confucius, Mencius ou Xunzi ; il s'est incorporé des idées provenant d'autres écoles, en particulier les théories du Yin-Yang et des Cinq Éléments y jouent un grand rôle ; il emploie aussi des expressions taoïstes pour décrire le prince idéal qui doit ne rien faire d'autre que de cultiver ses forces vitales pendant que ses ministres et fonctionnaires agissent à sa place. Utilisant principalement le Gongyang zhuan, un des trois grands commentaires du Chunqiu, Dong Zhongshu exalte la dignité de l'empereur, être sacré qui n'a pas seulement des fonctions politiques, mais exerce aussi une action cosmique puisqu'il est responsable de l'Harmonie universelle. Il y a une étroite relation entre le Ciel et l'homme (dont l'empereur est le représentant unique) et entre l'histoire et les lois célestes. On peut expliquer, en se fondant sur le Chunqiu, les prodiges de toutes sortes, manifestations des interactions du Yin et du Yang. L'empereur doit être en outre un modèle de perfection morale. Cette perfection s'exprime dans les rites et la musique, fondements de l'éducation. Les lois des légistes et des Qin sont désormais remplacées par l'influence du souverain et par l'éducation.

—  Maxime KALTENMARK

Écrit par :

  • : ancien directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  DONG ZHONGSHU [ TONG TCHONG-CHOU ] (179 av. J.-C.?-104 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exégèse »  : […] Au début des Han, on assiste encore à la survivance de certains éléments culturels de la période des Principautés en guerre. Les fondateurs de la dynastie étaient enclins au taoïsme, et un membre de la famille impériale, le prince de Huainan (  123 av. J.-C.), fit compiler par des lettrés à sa solde, sous le titre Le Maître de Huainan ( Huainanzi ), un r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_19759

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le confucianisme sous les Han »  : […] Paradoxalement, cet Empire centralisateur et conquérant allait pourtant accorder au confucianisme un rôle quasi officiel dans l'État, ce dont la doctrine allait pâtir autant que profiter. Si l'édit de proscription resta en vigueur sous le régime de l'usurpateur Liu Bang qui régna sous le nom de Gaozu, et bien que ses premiers successeurs aient marqué plus de sympathie personnelle pour deux doctrin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_19759

Pour citer l’article

Maxime KALTENMARK, « DONG ZHONGSHU [TONG TCHONG-CHOU] (179 av. J.-C.?-104 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dong-zhongshu-tong-tchong-chou/