MEREJKOVSKI DMITRI SERGUEÏEVITCH (1866-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Saint-Pétersbourg, mort à Paris, Merejkovski peut être considéré, avec le philosophe V. Soloviev, comme le père du symbolisme russe. En 1893, dans son essai sur Les Causes de la décadence de la littérature russe, il prend parti contre le réalisme et ce qu'il appelle « matérialisme artistique ». Il soutient que la littérature russe ne connaîtra de renouveau que dans l'affirmation du primat de l'esprit.

La vision symboliste du monde est ici dotée d'une forte charge religieuse et s'identifie, dans l'activité d'écriture de Merejkovski, à une quête de l'esprit chrétien authentique. La lutte entre Dieu et Diable, entre christianisme et paganisme traverse ainsi tous les domaines dans lesquels Merejkovski a œuvré : l'essai littéraire (L'Âme de Dostoïevski, Gogol et le Diable, Le Mufle-Roi, etc.), l'essai historique (Les Mystères de l'Orient, Luther, Calvin, Napoléon, etc.), le poème épique (Saint François d'Assise), le théâtre (Paul Ier), la poésie (Les Symboles), le roman (notamment deux trilogies, la première intitulée Christ et Antéchrist et composée de Julien l'Apostat, Le Roman de Léonard de Vinci, Pierre et Alexis ; la seconde de Paul Ier, Alexandre Ier, Quatorze Décembre).

L'admiration manifestée par Merejkovski dans ce dernier roman pour le courage des rebelles de décembre 1825 et qui va de pair avec la dénonciation de la bestialité de Nicolas Ier ainsi que d'autres autocrates comme Pierre et Alexis, ne signifie nullement que l'auteur se réjouisse des bouleversements de 1917. Au contraire, il accueille la révolution d'Octobre avec hostilité, et en 1920 émigre vers la France.

Par la figuration nuancée des contradictions inhérentes au personnage, Le Roman de Léonard de Vinci est sans doute le sommet d'une abondante production, dont la qualité artistique laisse dans l'ensemble insatisfait. La réduction romantique des réalités sociales à la scène des grands hommes et la vision manichéenne de l'histoire ne sont probablement pas étrangères au malaise du lecteur, souvent ballotté entre l'imprécation et le dithyrambe.

—  Marc WEINSTEIN

Écrit par :

  • : professeur agrégé de russe, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud

Classification


Autres références

«  MEREJKOVSKI DMITRI SERGUEÏEVITCH (1866-1941)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Fertilité de l'exil »  : […] Le bilan de la littérature russe en émigration est extrêmement varié. Les ouvrages de référence et de synthèse sont assez rares : avant tout, Littérature russe en exil de Gleb Struve (parue en 1956) et l'ouvrage bibliographique de Lindmila Foster (1980). « Lorsque Bounine devint prisonnier, quoique volontaire, de la terre étrangère, il s'avéra qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_89293

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_89293

Pour citer l’article

Marc WEINSTEIN, « MEREJKOVSKI DMITRI SERGUEÏEVITCH - (1866-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dmitri-sergueievitch-merejkovski/