MARADONA DIEGO (1960-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mi-ange, mi-démon, Diego Maradona fut un personnage atypique dans l'histoire du sport. Son talent – certains parlent même de génie – de footballeur hors norme aurait dû faire de lui l'égal de Pelé. Mais ce talent fut trop lourd à porter pour ce petit bonhomme de 166 centimètres. Il pouvait un moment tutoyer le firmament, avant de multiplier d'impardonnables écarts qui lui faisaient côtoyer les enfers. Maradona fut en effet un virtuose capable de confisquer n'importe où le ballon pour faire basculer un match, tout en atteignant des sommets d'intelligence collective. Mais il pouvait aussi se comporter en voyou, trichant, sombrant dans les affres du dopage et de la drogue.

Quatre minutes d'un match résument à elles seules la carrière et la double personnalité de Diego Maradona : la période qui va de la cinquante et unième à la cinquante-cinquième minute du quart de finale de la Coupe du monde 1986, Argentine-Angleterre (2-1). Il inscrit d'abord un but d'escroc et de handballeur en trompant de la main le gardien anglais Peter Shilton – « c'était la main de Dieu », fanfaronnera-t-il. Puis il lave ce péché commis devant les téléspectateurs du monde entier en récupérant le ballon dans sa moitié de terrain, virevoltant entre cinq opposants avant de mystifier le malheureux Shilton – ce but demeure considéré comme le plus beau de l'histoire de la Coupe du monde.

Diego Maradona

Photographie : Diego Maradona

L'Argentin Diego Maradona (ici au centre, contre l'Angleterre en quart de finale), de son pied gauche magique, porta son pays à la victoire lors de la Coupe du monde de football 1986. 

Crédits : Schlage/ Ullstein Bild/ Getty Images

Afficher

Diego Maradona a disputé quatre-vingt-onze matchs avec l'équipe d'Argentine, pour laquelle il a marqué trente-quatre buts. Il a remporté la Coupe du monde en 1986, disputé la finale en 1990. Il fut champion d'Argentine avec Boca Juniors (1981), champion d'Italie avec Naples (1987, 1990) et a gagné la Coupe de l'UEFA avec ce même club (1989).

El pibe de oro

Diego Armando Maradona naît le 30 octobre 1960 à Buenos Aires, dans une famille pauvre qui comptait alors quatre filles. Il passe son enfance dans le quartier misérable de Villa Fiorito. Comme tous les gamins de son âge, il joue au football dans la rue et réalise déjà des prouesses avec son pied gauche. Les recruteurs d'Argentinos Juniors le remarquent et l'engagent. Il fait ses débuts professionnels dix jours avant son seizième anniversaire. La réussite est immédiate, et Luis Cesar Menotti l'appelle en équipe nationale en 1977 pour un match face à la Hongrie. Pour la presse de son pays, il devient el pibe de oro (« le gamin en or »). Mais ce génie précoce se voit rapidement contrarié : Menotti ne le retient pas pour la Coupe du monde 1978, qui se déroule en Argentine. Maradona en gardera pour toujours une profonde amertume. Blessé dans son amour-propre, il se fait un devoir d'illuminer, dès l'année suivante, le Championnat du monde juniors. En 1981, il signe avec Boca Juniors. Mais cet incomparable talent ne pouvait pas laisser insensibles les grands clubs européens. Dès 1982, il rejoint le FC Barcelone.

Lors de la Coupe du monde en Espagne, en 1982, l'Argentine l'attend comme le Messie, seul capable de lui permettre de conserver son titre. Mais le conte de fées se transforme rapidement en cauchemar. Soumis à un traitement des plus rudes par le rugueux défenseur italien Claudio Gentile, Diego souffre sans broncher. Mais ses nerfs lâchent lors du match suivant, face au Brésil. À trois minutes de la fin, alors que la rencontre est perdue et l'Argentine éliminée, il se rend coupable d'une inexcusable brutalité et se voit exclu du terrain par l'arbitre.

Les deux années qu'il passe en Espagne, au sein du FC Barcelone, sont noires. Il est soumis à un marquage barbare – un défenseur lui brise la jambe –, victime d'une hépatite virale. Bonnes manières ou provocation dérisoire ? Toujours est-il que Maradona écrit au roi Juan Carlos pour s'excuser de l'affront qu'il avait fait à un grand pays de football en ne donnant pas la pleine mesure de son talent ! En effet, Maradona quitte Barcelone en 1984, et rejoint Naples pour 80 millions de francs de l'époque. Dans cette ville qui lui ressemble, il va faire chavirer de bonheur l'immense stade San Paolo, perpétuellement bondé pour l'admirer, sonnant une sorte de revanche des « pouilleux » du Sud.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Diego Maradona

Diego Maradona
Crédits : Schlage/ Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Diego Maradona

Diego Maradona
Crédits : Jean-Yves Ruszniewski/ TempSport/ Corbis/ VCG/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  MARADONA DIEGO (1960-2020)  » est également traité dans :

SPORT (Disciplines) - Le football

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 13 406 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « 1986. La main de Dieu »  : […] La XIII e  Coupe du monde aurait dû se tenir en Colombie ; en raison des problèmes économiques que connaît ce pays, elle se déroule au Mexique. Cette édition sera marquée par la personnalité de Diego Maradona, footballeur de génie mais homme au caractère fragile. Le premier temps fort de la compétition est le quart de finale France-Brésil. Les Tricolores, champions d'Europe, ont éliminé au tour pr […] Lire la suite

SPORT - L'année 2020

  • Écrit par 
  • Félicien BONCENNE
  •  • 7 540 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Football : Paris tout près du bonheur, les Lyonnaises en majesté »  : […] Comme les autres sports, le football voit son calendrier bouleversé par la crise sanitaire. La principale conséquence concerne le Championnat d’Europe des nations, dont la 16 e  édition est reportée en 2021 par l’UEFA. Les compétitions nationales subissent également des interruptions et s’étirent plus qu’à l’accoutumée, certaines étant même définitivement suspendues, comme le Championnat de France […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « MARADONA DIEGO - (1960-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/diego-maradona/