DÉVELOPPEMENT ET APPRENTISSAGE DU DESSIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Développement des capacités de dessin chez l’enfant

Les formes graphiques signifiantes du dessin tiennent leur pouvoir de figuration des conventions partagées par les membres d’une culture donnée. Ces formes graphiques ne sont pas créées ex nihilo par l’enfant : elles sont progressivement acquises et prélevées dans les modèles graphiques disponibles dans l’environnement de l’enfant. Ainsi, l’ontogenèse du dessin est marquée par l’acquisition, par imitation, de schémas graphiques propres à la culture d’appartenance de l’enfant. Ceci n’empêche nullement l’expression créative de l’enfant, dans la mesure où celui-ci peut élaborer son répertoire personnel à l’intérieur du code graphique de sa culture.

L’activité graphique débute dès l’âge de vingt mois : l’acte est alors élémentaire, la trace dépourvue de sens ; elle correspond simplement à un mouvement qui s’exprime dans l’espace (gribouillage). À trois ans et demi, parallèlement au développement d’une motricité manuelle plus fine, l’enfant commence à explorer différentes formes géométriques de base, le carré et le rectangle, puis le cercle et autres formes ovoïdes. De trois à quatre ans, il construit un répertoire de formes graphiques qu’il utilisera ensuite pour composer ses premiers dessins figuratifs. De quatre à six ans, l’enfant produit de nombreux dessins construits par juxtaposition de formes de son répertoire (qualifiés de « constructionnels »). On assiste alors vers quatre ans à l’émergence des « bonshommes têtards », suivis vers cinq ans de schémas plus complets, mais toujours juxtaposés ou segmentés du personnage humain (cf. photo). À partir de sept ans, le dessin évolue vers une intégration des formes précédemment juxtaposées en un tout plus ou moins cohérent grâce à des lignes de contour délimitant les objets. L’abandon par l’enfant de son style « constructionnel » semble tenir à sa volonté de produire des objets et des scènes en situation animée ou dynamique, les lignes de contour autorisant plus de flexibilité : personnage penché, assis, tapant dans un ballon, etc.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeure des Universités, enseignante-chercheuse, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Delphine PICARD, « DÉVELOPPEMENT ET APPRENTISSAGE DU DESSIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-et-apprentissage-du-dessin/