Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DERMATOMYOSITES

Elles associent des lésions dermatologiques, des altérations musculaires et parfois une atteinte viscérale, le rein étant habituellement intact. Les dermatomyosites revêtent le plus souvent une forme aiguë. L'éruption en placards érythématosquameux sous-tendus par l'œdème réalise à la face un aspect en lunette caractéristique. L'atteinte musculaire, souvent douloureuse, tend à être symétrique et à prédominance rhizomélique, mais peut être plus parcellaire. L'état général est constamment atteint. Le syndrome biologique allie des signes d'inflammation non spécifique (notamment accélération de la vitesse de sédimentation) et des stigmates de l'atteinte musculaire (créatinurie, élévation des transaminases, de l'aldolase). L'électromyogramme est relativement spécifique. L'évolution assez souvent résolutive, quelquefois mortelle, revêt ailleurs une allure chronique. L'éruption comporte alors un aspect poïkilodermique ; l'atteinte musculaire évolue vers la sclérose rétractile. D'autres formes existent, qui toutes imposent la recherche d'un cancer viscéral. Bien que la nature de l'affection soit encore discutée (cas de maladie auto-immune, de virose), la corticothérapie entraîne habituellement la guérison ou au moins l'amélioration, sauf dans les variantes paranéoplasiques.

— Pierre de GRACIANSKY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DERMATOLOGIE

    • Écrit par Robert DEGOS
    • 4 585 mots
    • 1 média
    ...érythémateux, se manifestant par un érythème du visage, en ailes de papillon (vespertilio) et par des taches érythémateuses sur d'autres régions du corps ; la dermatomyosite, dont la composante cutanée est faite d'œdème violacé périorbitaire, de bandes érythémateuses du dos des doigts, de plaques rouges des...
  • MUSCLES

    • Écrit par Jean RAIMBAULT, Bernard SWYNGHEDAUW
    • 12 921 mots
    • 10 médias
    ...peuvent en effet être rapportées à un agent pathogène connu – viral, microbien ou parasitaire –, et les autres ont une étiologie encore indéterminée. Ce sont ces dernières que l'on range habituellement dans les maladies primitives du muscle : elles forment le groupe des polymyosites et dermatomyosites.
  • PARANÉOPLASIES ou SYNDROMES PARANÉOPLASIQUES

    • Écrit par René PIÉRON
    • 1 063 mots

    On entend par paranéoplasies ou, de préférence, syndromes paranéoplasiques, l'ensemble des manifestations cliniques, assorties ou non de désordres biologiques, liées au cancer (qu'elles apparaissent avant sa mise en évidence, au moment de celle-ci ou après) et dont l'expression se fait hors de l'organe...

Voir aussi