DÉFIBRILLATEUR IMPLANTABLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indications. Les arythmies telles que tachycardie et fibrillation ventriculaire sont la cause de 80 à 90 p.100 des morts subites d'origine cardiaque, cause majeure de mortalité dans les pays industrialisés. Les recherches appliquées à l'identification du risque de mort subite, notamment chez les patients ayant présenté une arythmie ventriculaire, soulignent plusieurs facteurs déterminants. Ce sont l'étiologie coronaire, notamment avec antécédent d'infarctus du myocarde ; une altération sévère de la fonction mécanique ventriculaire gauche par maladie coronaire ou par cardiomyopathie avec dilatation.

Technique. La première implantation humaine de défibrillation a été effectuée par M. Mirowski en 1980 aux États−Unis. Deux larges électrodes sont implantées sur le cœur par thoracotomie et accompagnées d'électrodes de détection ventriculaire. La détection d'une fibrillation ventriculaire induit automatiquement la délivrance d'un choc électrique qui réduit l'arythmie. En 1988, aux États−Unis, S. Saksena et V. Parsonnet pratiquent la première implantation par voie endocavitaire, selon une technique proche de celle de la stimulation cardiaque : une sonde électrode est introduite par voie sous−clavière et elle porte deux longues électrodes de défibrillation qui seront positionnées en veine cave supérieure et en ventricule droit. Une large électrode rectangulaire est insérée sous la peau au niveau de l'hémithorax gauche. Le générateur est placé dans une loge pariétale abdominale. Le choc électrique est délivré soit entre les électrodes endocavitaires, soit entre celles−ci et l'électrode sous−cutanée.

L'implantation épicardique est requise après tentative endocavitaire infructueuse liée à un niveau excessif des seuils de défibrillation, supérieurs à 20 joules. L'implantation épicardique se complique d'une mortalité opératoire de 1 à 3 p. 100, d'un effet négatif sur la cinétique ventriculaire, d'une recrudescence d'arythmies en première semaine postopératoire.

—  Jacques-Alexandre TRIGANO

Bibliographe

S. Barold & J. Mugica, New Perspectives in Cardiac Pacing, Futural Publishing Company Inc., Mount Kisco, N.Y., 1991

R. Sutton & I. Bourgeois, The Foundations of Cardiac Pacing, ibid.,

J.-A. Trigano, Répertoire des sondes électrodes de défibrillation et stimulation cardiaque, Stimarec, Association européenne de stimulovigilance, Telectronics Pacing Systems, Paris, 1991.

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉFIBRILLATEUR IMPLANTABLE  » est également traité dans :

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 117 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nouveaux outils pour l'exploration fonctionnelle et la thérapeutique »  : […] D'autres technologies ont vu le jour depuis lors, et ont contribué à faire de la cardiologie l'une des disciplines, sinon la discipline médicale, ayant fait preuve de la plus riche vitalité : – avant tout, l'échocardiographie. En 1960, quelques pionniers ont commencé à s'intéresser à l'application des techniques ultrasonores en cardiologie dans une ambiance de très grand scepticisme entretenue p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cardiologie/#i_24377

PROTHÈSES

  • Écrit par 
  • Pierre RABISCHONG
  •  • 4 293 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] De nombreuses classifications des organes artificiels ont été proposées, tenant compte de la fonction à remplacer, du mode de fonctionnement ou de la localisation à l'extérieur ou à l'intérieur du corps. On peut également reprendre le regroupement correspondant aux quatre sous-programmes de la machine humaine pour établir ce catalogue. Les prothèses de communication concerne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protheses/#i_24377

Pour citer l’article

Jacques-Alexandre TRIGANO, « DÉFIBRILLATEUR IMPLANTABLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/defibrillateur-implantable/