TRIMBLE DAVID (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

David Trimble fut, de 1998 à 2002, Premier ministre du gouvernement intercommunautaire nord-irlandais découlant de la mise en œuvre de l'accord de paix du vendredi saint, négocié le 10 avril 1998.

Né le 15 octobre 1944, cet ancien professeur de droit, intègre, timide et volontiers tranchant, est un orangiste bon teint issu du sérail de l'unionisme pur et dur. S'il a soutenu William Craig, leader du Vanguard Unionist Progressive Party, qui préconisait en 1975 une coalition volontaire avec les nationalistes modérés du Social Democratic and Labour Party (S.D.L.P.) de John Hume, il est vite rentré dans le rang.

Affilié à l'Ulster Unionist Party (U.U.P.) en 1977, il en gravit les échelons avec l'esprit de sérieux qui le caractérise. Élu député à Westminster par la circonscription d'Upper Bann en 1990, il affiche cette sereine intransigeance qui décourage les velléités d'ouverture et rassure l'électeur unioniste. Ainsi, en novembre 1991 accuse-t-il les conservateurs de conspirer à affaiblir les unionistes. Pendant la guerre du Golfe, il compare les articles irrédentistes de la Constitution irlandaise à la revendication de Saddam Hussein sur le Koweït. Lors des pourparlers conduits sous l'égide des secrétaires d'État britanniques Peter Brooke puis Patrick Mayhew, il stigmatise l'absence d'engagement des dirigeants de Dublin à réformer les articles incriminés de la Constitution irlandaise. En 1993, il condamne sans appel les discussions Hume-Adams et se déclare convaincu que la stratégie du leader nationaliste modéré est „inepte et vouée à l'échec“.

Le 12 décembre 1993, il accuse le Taoiseach irlandais Albert Reynolds de se faire le porte-parole du Sinn Fein et de l'I.R.A. L'attitude pour le moins ambiguë de l'U.U.P. vis-à-vis de la déclaration conjointe des Premiers ministres britannique et irlandais du 15 décembre 1993 crée un malaise au sein des instances du parti. On murmure que le leader, James Molyneaux, s'est fait flouer par John Major. Avec sa délicatesse coutumière, le pasteur Paisley, leader du Democratic Unionist Party (D.U.P.), enfonce le clou en traitant le leader unioniste de Judas. L'accord-cadre de février 1995 grossit la cabale anti-Molyneaux. La réaction de David Trimble est habile et mesurée : „C'est un document complexe et très détaillé qui requiert d'être étudié et nous allons l'étudier, encore que ma première réaction soit de dire qu'il est bien pire que ce que nous attendions.“ En juillet 1995, sa participation, au côté de Ian Paisley, au „siège de Drumcree“, au cours duquel les orangistes forcèrent leur chemin à travers un quartier catholique hostile à leur défilé, conforte son image d'homme fort d'un unionisme résolu à ne capituler à aucun prix. Lorsque Molyneaux démissionne le 29 août 1995, David Trimble hésite puis fait acte de candidature.

Porté à la tête de l'U.U.P. le 8 septembre 1995, il cherche à se donner une image de modernisateur en se déclarant résolu à rencontrer tous les partis constitutionnels et à procéder à un échange de vues avec le gouvernement irlandais. Habile à manier la rhétorique convenue pour faire pièce aux diatribes du pasteur Paisley qui ne va point tarder à le traiter à son tour de traître, David Trimble fait montre de pragmatisme afin de rester l'interlocuteur indispensable d'un processus de paix qui a besoin de lui pour parvenir à ses fins. Incapable de s'opposer à l'entrée du Sinn Fein dans la négociation multipartite, en dépit de l'absence de désarmement préalable de l'I.R.A., il refuse de pratiquer la politique de la chaise vide comme Paisley et certains unionistes dissidents. Il peut se targuer d'avoir préservé l'essentiel de l'Union, obtenu l'abrogation de l'accord anglo-irlandais de 1985 et limité le caractère supranational du conseil ministériel Nord-Sud soumis au contrôle de l'Assemblée nord-irlandaise et du Parlement irlandais.

L'approbation de l'accord négocié du 10 avril 1998 par 71,10 p. 100 des électeurs nord-irlandais confirme la justesse de ses options. En revanche, les élections à l'Assemblée d'Irlande du Nord du 25 juin 1998 sont pour lui un motif d'inquiétude : avec 28 sièges, son parti est le premier, mais la coalition du D.U.P. et des unionistes hostiles à l'accord de paix totalise le même nombre de députés, et au sein même de son parti, Trimble commence à être contesté par certains membres influents. Élu Premier ministre le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien, docteur en droit, docteur honoris causa de la National University of Ireland et de l'université d'Ulster (Royaume-Uni)

Classification

Autres références

«  TRIMBLE DAVID (1944- )  » est également traité dans :

IRLANDE DU NORD ou ULSTER

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 9 377 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'accord du vendredi saint »  : […] Le processus de paix va bénéficier dans les mois qui suivent d'une conjoncture qui aura rarement été aussi favorable : le 5 novembre 1996, Bill Clinton est réélu à la présidence des États-Unis ; le 1 er  mai 1997, Tony Blair est triomphalement porté au pouvoir en Grande-Bretagne à la tête d'une majorité parlementaire travailliste qui lui confère une pleine liberté d'action ; et le 26 juin 1997, c […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Le blairisme triomphant »  : […] La première législature repose sur la volonté de mettre en œuvre le programme du Nouveau Travaillisme (New Labour), selon un processus cumulatif de réformes, dans le cadre de la Troisième Voie ( The Third Way ), définie à Brighton à l'automne de 1997 comme une « démocratie sociale modernisée », attachée à la justice sociale, innovante et inventive. La Troisième Voie se définit aussi bien « centri […] Lire la suite

Les derniers événements

26 novembre 2003 Royaume-Uni. Victoire des formations extrémistes aux élections législatives en Irlande du Nord

Les deux partis extrémistes devancent les formations modérées, le Parti unioniste d'Ulster de David Trimble, côté protestant, qui obtient 27 élus (— 1), et le Parti social-démocrate et travailliste de Mark Durkan, côté catholique, 18 députés (— 6). Le parti multiconfessionnel Alliance dispose de 6 élus. Le taux de participation est de 63,1 p. 100. La province est placée sous l'administration directe de Londres depuis octobre 2002, à la suite de problèmes dans l'application des accords signés en avril 1998. […] Lire la suite

22-23 octobre 2001 Royaume-Uni. Relance du processus de paix en Irlande du Nord

David Trimble accepte aussitôt de reprendre ses fonctions.  […] Lire la suite

1er-14 août 2001 Royaume-Uni. Suspension provisoire des institutions d'Irlande du Nord

Le 7, David Trimble rejette le plan de Londres et Dublin, en l'absence d'un « désarmement effectif » de l'I.R.A. Le 10, le gouvernement de Tony Blair décide de suspendre l'Assemblée et l'exécutif biconfessionnels d'Irlande du Nord et de rétablir son administration directe sur la province semi-autonome pour une durée de six semaines, afin de permettre aux républicains et aux unionistes de parvenir à un accord. […] Lire la suite

1er-29 juillet 2001 Royaume-Uni. Démission du gouvernement d'Irlande du Nord

Le 1er, David Trimble démissionne de ses fonctions de Premier ministre de la province semi-autonome d'Irlande du Nord. Le leader protestant modéré s'était engagé à agir ainsi si l'I.R.A. n'avait pas entamé son désarmement à cette date, comme les accords de paix d'avril 1998 l'y obligent. Son retrait entraîne celui du numéro deux du gouvernement, le catholique Seamus Mallon. […] Lire la suite

6-29 mai 2000 Royaume-Uni. Restauration de l'administration autonome d'Irlande du Nord

Le 29, l'administration autonome de l'Irlande du Nord, suspendue par Londres en février, est restaurée après que le Parti unioniste d'Ulster eut autorisé, à une courte majorité, son président, David Trimble, à reprendre ses fonctions à la tête du gouvernement autonome.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre JOANNON, « TRIMBLE DAVID (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-trimble/