DUNCAN DAVID DOUGLAS (1916-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grande figure de la photo de guerre et également célèbre pour ses portraits de Picasso, David Douglas Duncan est né le 23 janvier 1916 à Kansas City (Missouri).

Après l'obtention d'un diplôme en 1938 à l'université de Miami (Floride), il travaille avec plusieurs journaux comme photographe indépendant. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la marine américaine et photographie les opérations de l'aviation dans le Pacifique. En 1946, il entre au magazine Life et couvre la guerre de Corée en 1950. Ses photos, publiées en 1951 dans le livre This Is War !, témoignent de la vie quotidienne des soldats. Comme il l’écrit dans l’introduction du livre, il s’agissait de « montrer ce que la guerre fait à un homme. Montrer quelque chose de la camaraderie qui lie les hommes ensemble, quand ils combattent un péril commun. »

En 1956, Duncan quitte Life pour reprendre son travail de photographe indépendant. Il rencontre la même année Pablo Picasso et se passionne pour le peintre et son œuvre. Duncan publie plusieurs livres de photos qui expriment cet intérêt durable : The Private World of Pablo Picasso (1958 ; Le Petit Monde de Pablo Picasso), Picasso's Picassos (1961 ; Les Picasso de Picasso), Goodbye Picasso (1974), The Silent Studio (1976 ; L'Atelier silencieux), Picasso et Lump : une histoire d'amour (2007). En 1981, Duncan expose 250 photos à la galerie Sidney Janis de New York pour commémorer le centième anniversaire de la naissance de Picasso. En 2012, il présente, au musée de la Piscine de Roubaix, une sélection de clichés réalisés entre 1956 et 1973.

Duncan a également réalisé des photos des conventions démocrate et républicaine lors de la campagne présidentielle de 1968, qui paraissent dans Self-Portrait, U.S.A. (1969). I Protest ! (1968) et War Without Heroes (1970) réunissent une sélection de ses photographies de la guerre du Vietnam. À ce propos, il écrira : « C’est une guerre qui a fracturé les structures de notre société à un tel point qu’il faudra toute une nouvelle génération pour la soigner. Et quand bien même, rien ne sera plus jamais pareil. » Prismatics : Exploring a New World (1973 ; Prismatiques : exploration d'un nouveau monde) et Magic Worlds of Fantasy (1978 ; Visions secrètes) sont consacrés à ses œuvres expérimentales. Sa première autobiographie, Yankee Nomad : A Photographic Odyssey, est publiée en 1966, la seconde, Photo Nomad, en 2003.

David Douglas Duncan meurt à Grasse (Alpes-Maritimes), le 7 juin 2018.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  DUNCAN DAVID DOUGLAS (1916-2018)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Du reportage classique aux expressionnismes »  : […] Le reportage classique est toujours vivant. Pensons à la tradition parisienne des Brassaï et des Izis ( Paris des rêves , 1950). Même face aux idées les plus avancées, un Robert Doisneau garde sa présence, car sa bonté et son humour restent ouverts sur l'ambiguïté de la condition humaine. Au Royaume-Uni, Bert Hardy a aussi cette qualité comme l'eut le Suisse Gotthard Schuh. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_96705

Pour citer l’article

« DUNCAN DAVID DOUGLAS - (1916-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-douglas-duncan/