CAMERON DAVID (1966- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les débuts en politique

Sa carrière prend un nouveau départ en juin 2001 avec son élection comme député de Witney (Oxfordshire), un bastion conservateur. Membre du shadow cabinet en 2003, il devient leader, le 6 décembre 2005, d'un parti dont il veut « changer le langage » et renvoie l'image d'un tory cool, se rendant au Parlement à vélo, parfois comparé au Blair de 1997, sous les sobriquets de « Blameron » ou de « Tory Blair ». Les succès électoraux confirment le choix de ce jeune tribun dynamique – aux élections locales de mai 2008, aux élections européennes de 2009 et aux élections générales de mai 2010 –, mettant fin à treize années d'opposition. Paradoxalement, David Cameron parvient à donner du parti une image « centriste ». S'affichant « moderne », ouvert aux nouvelles technologies, amateur de pop music, il élabore un programme à deux facettes. La première est classiquement conservatrice, avec la réduction des dépenses, la moralisation de la vie politique, la lutte contre la criminalité et le terrorisme, la simplification et l'allégement de la fiscalité, le rôle international du Royaume-Uni et le refus d'entrer dans la zone euro. L'autre facette est pragmatique, en partie inspirée du blairisme, avec la promotion d'un « nouveau conservatisme » ou « conservatisme progressiste », assez éloigné des dogmes néo-libéraux. Les « habits neufs » du conservatisme sont ceux de l'écologie – « une société plus verte pour les générations futures », dit un slogan –, du rajeunissement des cadres, de nouvelles pratiques politiques et d'une approche « compatissante » de la question sociale. Il s'agit certes de lutter contre la pauvreté mais aussi de représenter sans complexe une classe ouvrière « abandonnée » par les travaillistes, notamment sur les terrains sensibles de l'école et de la santé. De fait, Cameron voit sa cote de popularité grimper de 2007 à 2009, profitant aussi des difficultés du gouvernement Brown, en pleine récession économique. Sa vie semble comporter peu de zones d'ombre ; il forme ainsi un couple heureux depuis 1996 avec Samantha, une jeune femme de très bonne famille qui lui a donné quatre enfants, tout en menant une carrière dans l'industrie du luxe. La presse tabloïd a beau signaler un écart de jeunesse – la consommation de cannabis à Eton –, la révélation joue presque en sa faveur, en retouchant une image trop lisse. De plus, certaines blessures dans sa vie personnelle – le décès en 2009 de l'un de ses jeunes fils gravement handicapé, la mort d'un père vénéré en septembre 2010 – laissent percevoir un homme sensible et éprouvé par la vie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur en histoire, professeur de chaire supérieure au lycée Louis-le-Grand, Paris

Classification

Autres références

«  CAMERON DAVID (1966- )  » est également traité dans :

LONDRES

  • Écrit par 
  • Roland MARX, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 9 603 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Quelle définition, quelle réalité ? »  : […] À l'image de la plupart des grandes concentrations urbaines européennes, voire mondiales, l'évolution démographique, économique, fonctionnelle et territoriale de Londres, ainsi que l'influence qu'elle exerce sur le Royaume-Uni, en font une région métropolitaine aux contours géographiques de plus en plus flous. La définition de Londres, donc ses limites spatiales et sa population, varie en fonction […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Cameron au pouvoir, du renouveau conservateur au choc du Brexit »  : […] Dans un contexte politique particulier, David Cameron, quarante-trois ans, devient le nouveau Premier ministre du Royaume-Uni le 11 mai 2010. Cependant, à l'issue des élections, aucun parti n'ayant obtenu la majorité absolue, les tories doivent former un « accord de coalition » avec la formation de Nick Clegg, lequel devient vice-Premier ministre. Les deux hommes affichent une troublante ressemb […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 982 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers la rigueur budgétaire »  : […] Après la défaite électorale des travaillistes en 2010, le nouveau Premier ministre conservateur, David Cameron, hérite d'une situation économique difficile. La croissance est en berne et, à la fin de 2010, le déficit public est proche de 10,1 p. 100 du PIB, soit l'un des taux les plus élevés des pays de l'OCDE. Les déficits budgétaires successifs enregistrés par la suite (7,7 p. 100 en 2011, 6,1 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bertrand LEMONNIER, « CAMERON DAVID (1966- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-cameron/