MOI DANIEL ARAP (1924-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique kenyan, président de la République de 1978 à 2002.

Daniel arap Moi, 1993

Photographie : Daniel arap Moi, 1993

Militant pour l'indépendance de son pays au sein de la Kenyan African Democratic Union, Daniel arap Moi fut président du Kenya de 1978 à 2002 (ici en 1993, lors d’un sommet africain au Caire). 

Crédits : Barry Iverson/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

Afficher

Daniel Toroitich arap Moi est né le 2 septembre 1924 à Kuriengwo (colonie du Kenya, auj. comté de Baringo), dans la région dite des white highlands, une zone accaparée par les colons britanniques afin d’y développer de vastes fermes. Ce jeune berger perd très tôt son père. Comme beaucoup d’orphelins de l’époque, il trouve refuge dans la plus proche mission chrétienne, l’African Inland Mission, un mouvement fondamentaliste américain. Il se convertit au christianisme et devient instituteur, puis directeur d’école.

Ce grand chrétien austère et discret est élu en 1955 au sein du Conseil législatif qui ne compte que cinq représentants africains. Il fait partie en 1960 des principaux fondateurs de la Kenya African Democratic Union (KADU), un parti qui représente les petites ethnies du pays et milite pour un système fédéral. À ce titre, il participe aux négociations qui mènent à l’indépendance.

Dès 1964, il rejoint le parti majoritaire, la Kenya African National Union (KANU). En tant que ministre de l’Intérieur, il se constitue un réseau clientéliste, notamment dans les communautés d’origine indienne, sur lequel il va capitaliser tout au long de sa carrière. Son ascension politique s’accélère en 1967 quand il devient vice-président. Jomo Kenyatta (1893 env.-1978), le premier président du Kenya indépendant, le choisit, car il s’est imposé comme le leader incontesté de la vallée du Rift et le chef de l’État a besoin que les paysans pauvres de son ethnie, les Kikuyu, puissent accéder aux riches terres de cette région sans se faire rejeter par les populations kalenjin qui se considèrent comme les occupants originaires et légitimes. Le « père de la Nation » apprécie également la modestie et l’apparence pataude de Daniel arap Moi qui ne lui fait pas d’ombre. Dix ans durant, Moi joue son rôle de second efficace et tout en retenue.

En 1978, il succède à Jomo Kenyatta à la mort de celui-ci. Il s’affirme comme un président populaire et populiste qui poursuit la politique libérale et pro-occidentale de son prédécesseur. Mais la période de croissance économique rapide est bien terminée. Les frustrations gagnent de nombreux milieux sociaux et notamment certaines fractions de l’armée qui tentent en 1982 un coup d’État vite réprimé. C’est l’occasion pour le président de se débarrasser de certains membres de l’élite gouvernante devenus encombrants, en particulier le puissant Charles Njonjo aux ambitions trop visibles. Du fait de la conjoncture économique, la machine clientéliste de l’État se grippe et la répression s’accentue tout au long des années 1980 pour contrôler une population dont les conditions de vie se détériorent.

Daniel arap Moi, 1978

Photographie : Daniel arap Moi, 1978

À la mort de Jomo Kenyatta, le père de l'indépendance du Kenya, Daniel arap Moi le remplace à la présidence de la République, où il est investi le 14 octobre 1978. 

Crédits : Jean Claude Francolon/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Après la chute du Mur de Berlin, les puissances occidentales font pression sur de nombreux autocrates africains afin qu’ils libéralisent leur régime. Le président Moi légalise le multipartisme en 1991 et concède une réelle liberté d’expression. Cela n’en fait pas pour autant un démocrate sincère. Les élections générales de 1992 se déroulent dans un climat général de tensions. Dans plusieurs régions que les gouvernants souhaitent verrouiller, de véritables nettoyages ethniques sont organisés, faisant plusieurs milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Les caisses de l’État ont été pillées à l’occasion de ce que l’on a appelé le scandale Goldenberg afin de financer la campagne électorale du parti au pouvoir. Profitant de la désunion de l’opposition qui a présenté de nombreux candidats, le président Moi est réélu pour la troisième fois avec un peu plus d’un tiers des voix.

Tout au long des années 1990, la récession ne cesse de s’accentuer. Le pouvoir a désorganisé la filière du café, les régions productrices étant liées à l’opposition. Le secteur des céréales est en plein marasme. Beaucoup d'industries ont disparu, car la main-d’œuvre est moins chère dans les pays voisins. L’État n’a pas de politique économique cohérente. Afin d’obtenir des crédits financiers, il prétend obtempérer aux plans d’ajustement structurels imposés par la Banque mondiale, mais dégraisse les services publics davantage que les entreprises publiques pléthoriques et inefficaces, pour des raisons clientélistes. Les gouvernants mettent en place une véritable kleptocratie : la classe politique s’empare de no [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Daniel arap Moi, 1993

Daniel arap Moi, 1993
Crédits : Barry Iverson/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

photographie

Daniel arap Moi, 1978

Daniel arap Moi, 1978
Crédits : Jean Claude Francolon/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences politiques, université de Pau et des pays de l'Adour

Classification

Autres références

«  MOI DANIEL ARAP (1924-2020)  » est également traité dans :

KENYA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Denis Constant MARTIN, 
  • Marie-Christine MARTIN, 
  • Hervé MAUPEU
  •  • 12 137 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Clientélisme et idéologie Harambee »  : […] Le quadrillage administratif a permis d'encadrer les populations sans brider le développement d'une société civile. Les professions ont pu s'organiser librement. Les religions (et en particulier les Églises chrétiennes) ont œuvré sans les limitations de l'époque coloniale. Les associations ont proliféré dans tous les domaines, sauf dans celui de la défense des conditions de travail. Dès le début d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé MAUPEU, « MOI DANIEL ARAP - (1924-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-arap-moi/