Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CYANA, sous-marin

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et
<it>Cyana</it>, sous-marin habité - crédits : A. Bonfiglio/ Genavir /Ifremer

Cyana, sous-marin habité

Cyana est un sous-marin habité d'exploration et d'intervention pesant 9 tonnes et pouvant descendre à 3 000 mètres de profondeur. Entré en service en 1969, il a été opérationnel jusqu'en 2003. Il a été construit en 1966 par l'équipe du commandant Cousteau. En 1969, il devient la propriété du Cnexo (Centre national pour l'exploitation des océans, devenu depuis 1984 l'Ifremer, Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer). Selon Hérodote, Cyana est le nom d'une jeune Grecque qui, avec son père Scyllias, plongea pour trancher les câbles des navires de Xerxès qui s'éventrèrent alors sur les rochers de la côte.

Contrairement aux bathyscaphes comme l'Archimède, dont la flottabilité est assurée par l'adjonction d'un imposant flotteur empli d'essence d'avion de densité 0,7 environ, le submersible Cyana utilise un matériau de flottabilité de nouvelle génération, constitué de microbilles de verre creuses enrobées dans une résine. Le principe reste le même : le poids apparent de la sphère résistante dans laquelle pilotes et observateur prennent place est exactement compensé par la poussée obtenue par le matériau de flottabilité ; les mouvements ascensionnels sont obtenus à l'aide d'une faible surcharge pour la descente, et d'un lest largable lors de la remontée. En pratique, les caractéristiques de l'essence et de la mousse syntactique sont différentes : l'essence est compressible et se contracte en se refroidissant, alors que la mousse syntactique conserve un volume pratiquement constant au cours de la plongée. Ainsi, au cours de ses plongées dans la fosse des Kouriles en 1962, l'Archimède devait larguer une dizaine de tonnes de lest sous forme de grenaille de fer pour remonter de 9 500 mètres, alors que Cyana utilise un lest de 250 kilogrammes seulement.

Le submersible Cyana atteint une profondeur maximale d'utilisation de 3 000 mètres. Sa sphère résistante en acier de 2,10 mètres de diamètre peut accueillir deux pilotes et un observateur scientifique avec une autonomie respiratoire de soixante-douze heures. La sphère est protégée par une coque extérieure qui abrite également le matériau de flottabilité, la source d'énergie (batteries au plomb), les silos à grenaille, et l'ensemble des équipements de navigation et d'exploration. Cyana mesure 5,70 mètres de longueur, 3,10 mètres de largeur et 2,70 mètres de hauteur. Son poids total, avec équipement et équipage, est légèrement inférieur à 9 tonnes. Cyana possède deux moteurs de propulsion latéraux, un moteur transversal arrière servant de gouvernail et un moteur vertical de sustentation. La vitesse de descente est de l'ordre de 0,4 m/s. La durée de plongée, qui est déterminée par l'autonomie électrique, est de huit à neuf heures.

En avant du sous-marin, dans le champ de vision de deux grands hublots utilisés par le pilote et l'observateur, sont groupés les différents équipements d'exploration : appareils photographiques, caméras vidéo noir et couleurs de prises de vue, bras télémanipulateur terminé par une pince préhensile, trémie de récolte d'échantillons.

Au cours de ses plongées, la soucoupe Cyana est guidée dans ses déplacements grâce à un système de balises acoustiques posées au fond de l'océan, à partir du navire porteur en surface. Par rapport à cette référence, la navigation de Cyana est précise à une dizaine de mètres près.

Cyana a permis notamment la découverte d'une série de sites hydrothermaux actifs sur la dorsale du Pacifique oriental par 11 à 13 degrés de latitude Nord. En 1984, l'Ifremer a mis en service un nouveau sous-marin, le Nautile, plus performant puisqu’il plonge à 6 000 mètres de profondeur. Celui-ci donne ainsi la possibilité d'étudier 97 p. 100 des fonds[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Lucien LAUBIER. CYANA, sous-marin [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 08/10/2013

Média

<it>Cyana</it>, sous-marin habité - crédits : A. Bonfiglio/ Genavir /Ifremer

Cyana, sous-marin habité

Autres références

  • FAMOUS (French American Mid Ocean Underwater Survey)

    • Écrit par
    • 652 mots
    • 1 média

    Le sigle F.A.M.O.U.S. désigne la première exploration scientifique d'une dorsale océanique à partir de submersibles profonds, expédition réalisée en collaboration entre la France et les États-Unis en 1973 et 1974. F.A.M.O.U.S. constitue la première étude directe selon des techniques issues de la...

  • FAUNE DES GRANDES PROFONDEURS - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 1 157 mots

    Février 1977 Campagne de géologie et de géochimie du submersible américain Alvin sur la ride des Galápagos : premières observations, par 2 500 mètres de profondeur, de la faune associée à l'hydrothermalisme.

    Février-mars 1978 Campagne de géologie du submersible français ...

  • SOUS-MARINS - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 597 mots

    1624 Le physicien hollandais Cornelius Van Drebbel fait naviguer un bateau en bois couvert de cuir suiffé sous la surface de la Tamise (Grande-Bretagne) pendant quelques instants : le bateau est propulsé par douze rameurs.

    1775 L'Américain David Bushnell invente un submersible, le Turtle...