CALIMA CULTURE

Région archéologique de Colombie, correspondant aux vallées moyenne et supérieure du rio Calima, dans la cordillère occidentale, à 1 200-1 500 mètres d'altitude. Les archéologues qui travaillent dans cette région y ont reconnu trois principales phases culturelles : Ilama, Yotoco, Sonso, qui se succèdent après la période précéramique, représentée par quelques objets lithiques. Ces trois phases remplacent désormais l'ancienne dénomination, devenue obsolète, de « phase Calima ».

La phase Ilama (800-100 av. J.-C.) se caractérise par des vases très particuliers, les canasteros (porteurs de paniers) en forme de personnages accroupis, et par des récipients sphériques souvent anthropomorphes ou zoomorphes. Ces récipients, d'usage funéraire, proviennent de tombes à puits peu profondes où furent découverts des objets d'orfèvrerie (perles, ornements de nez, masques en feuille d'or martelée). Un site Ilama, El Topacio, a été étudié en détail dans les années 1980 (M.-A. Cardale de Schrimpff, 1986). Les origines de la culture Ilama ne sont pas déterminées avec précision.

La phase Yotoco (ier s. apr. J.-C./xie-xiie s) se caractérise par une forte augmentation démographique : nombreux sites d'occupation et de culture, importants travaux de drainage permettant une agriculture intensive où le maïs tient une large place. Les céramiques continuent la tradition des vases anthropomorphes ou zoomorphes à double bec verseur uni par une anse-pont. C'est à cette phase qu'appartient l'essentiel de l'orfèvrerie produite dans la région Calima, grâce à des techniques complexes, comme la « fonte à la cire perdue » permettant d'obtenir des décors d'une extrême finesse, comme en témoignent les objets découverts dans les sépultures de cette phase. Selon l'archéologue britannique Warwick Bray, spécialiste de cette région, les groupes Yotoco ont établi des relations culturelles et commerciales avec la plupart des groupes occupant les régions voisines.

La phase Sonso, qui commence vers 1100-1200, fait partie du grand ensemble socio-politique des « chefferies » préhispaniques que découvrirent les conquistadores à leur arrivée en Colombie. Les sites Sonso sont nombreux et comprennent de grandes plates-formes d'habitation et un type de tombe à puits très profond, dépassant parfois 10 mètres. La céramique présente des formes nouvelles très variées ainsi que des décors peints, imprimés dans l'argile fraîche ou formés d'éléments en relief ajoutés. L'orfèvrerie de cette phase est beaucoup plus simple, le type des objets plus limité que dans l'orfèvrerie Yotoco. La phase Sonso, qui se prolonge jusqu'à la Conquête, est radicalement différente des phases qui la précèdent. Cela s'explique peut-être par l'arrivée de nouveaux groupes dans cette région, groupes dont l'origine demeure inconnue.

On n'a pas trouvé de villages dans cette vallée, mais seulement des maisons sur plates-formes éparpillées dans les collines. Les champs cultivés étaient très étendus, ce qui prouve l'importance de la production agricole.

Dans les tombes à puits, à chambre latérale, on a trouvé des offrandes en céramique et des objets en or. Les formes prédominantes de la poterie sont la jarre, les représentations zoomorphes et anthropomorphes, par exemple des personnages assis ou accroupis, portant un récipient en forme de panier sur le dos. Le décor en rouge et blanc est peint en positif ou en négatif. Un autre type, moins soigné dans la finition, est représenté par de lourdes jarres en forme de corps globulaire avec un col ou un rebord et trois anses.

— Susana MONZON

    La suite de cet article est accessible aux abonnés

    • Des contenus variés, complets et fiables
    • Accessible sur tous les écrans
    • Pas de publicité

    Découvrez nos offres

    Déjà abonné ? Se connecter

    Écrit par

    Classification

    Pour citer cet article

    Susana MONZON, « CALIMA CULTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

    Autres références

    • PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

      • Écrit par Jean-François BOUCHARD, André DELPUECH, Universalis, Danièle LAVALLÉE, Dominique LEGOUPIL, Stéphen ROSTAIN
      • 20 434 mots
      • 3 médias
      ...considérée comme l'auteur de l'exceptionnelle orfèvrerie découverte dans tout le Quindío et la moyenne vallée du Cauca. Un peu plus au sud, la région Calima, remarquable par un style d'orfèvrerie du même nom mais aussi par la céramique de ses phases culturelles successives (Ilama, Yotoco et Sonso) correspond...

    Voir aussi