CRUZ sor JUANA INÉS DE LA (1648-1695)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juana Ramírez de Asbaje naît dans un village de Nouvelle-Espagne, le Mexique actuel, fille naturelle, reconnue, mais bientôt abandonnée par son père. Remarquablement douée, elle s'instruit seule avec passion grâce à la bibliothèque de son grand-père, fermier latiniste... À huit ans, elle fait des vers. Toute jeune fille, elle est dame d'honneur de la femme du vice-roi de México. Elle subit avec succès un examen devant l'élite intellectuelle de la capitale. Aussi belle et sociable que douée, elle est l'idole de la cour ; mais pauvre, éprise d'étude, elle est difficile à marier : elle fait profession chez les Hiéronymites en 1669. Elle est à la fois une pieuse moniale et la « Dixième Muse » de México grâce aux visites du parloir — tout cela dans la pure tradition espagnole. Sa « cellule » contient livres profanes et sacrés, instruments d'astronomie, etc. Elle écrit et étudie, mais est en butte à la jalousie et aux préjugés. Son premier confesseur l'abandonne, la trouvant trop « mondaine ». En 1690, un évêque ami qui se cache sous le nom de sor Filotea lui demande d'abandonner la culture profane pour les sciences religieuses. Mais, pour Juana, il n'est pas facile de les séparer. Après une période de famine et d'émeute à México, en 1694, elle donne ses biens aux pauvres et renonce à toute activité intellectuelle et mondaine. Ce sacrifice surhumain lui a-t-il été imposé ? Il semble bien que non, mais cela a été discuté. Après un an de pénitence, elle meurt de la peste pour avoir soigné ses sœurs malades.

Sor Juana était très consciente de se trouver dans une situation sociale impossible. Elle a revendiqué pour les femmes le droit à l'étude dans un texte autobiographique, Respuesta a sor Filotea (Réponse à sœur Philothée). Son œuvre est variée, inégale : beaucoup de poèmes de circonstance, mais aussi d'admirables vers d'amour, en particulier des sonnets, et un grand poème philosophique, El Sueño (Le Songe), tentative de percer le secret du monde par l'intuition poétique. Elle écrivit, pour le théâtre profane et sacré, par exemple le bel « auto » Divino Narciso (Divin Nar [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistant à l'Institut des hautes études d'Amérique latine, Paris

Classification


Autres références

«  CRUZ sor JUANA INÉS DE LA (1648-1695)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La littérature coloniale »  : […] Au demeurant, malgré la fondation des premières universités (à Saint-Domingue, puis à Lima) et l'introduction de l'imprimerie (à Mexico en 1537), la culture demeura le privilège d'une minorité espagnole ou créole, tandis que les masses corvéables demeuraient analphabètes. Pendant presque toute la période coloniale, la littérature hispano-américaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_9929

PAZ OCTAVIO (1914-1998)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 872 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'enchevêtrement des cultures... » »  : […] Essayiste lucide et profond, Octavio Paz s'intéresse autant aux thèmes historiques qu'à la peinture, à l'esthétique, à la morale ou à la philosophie. Mais le Mexique demeure pour lui une référence majeure. El Laberinto de la soledad ( Le Labyrinthe de la solitude , 1950) propose à la fois « une vision, mais aussi une révision du Mexique ». « Le Me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/octavio-paz/#i_9929

Pour citer l’article

Marie-Cécile BÉNASSY, « CRUZ sor JUANA INÉS DE LA - (1648-1695) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cruz-sor-juana-ines-de-la/