Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COTILLON, danse

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Danse de salon, le cotillon est né en France au xviiie siècle. C'était d'abord une figure de contredanse, sorte de branle à quatre ou à huit personnes. L'appellation proviendrait d'une chanson en vogue à l'époque : « Ma commère, quand je danse, mon cotillon va-t-il bien ? » Au xixe siècle, le cotillon fut fort populaire en France et en Allemagne ; il devint alors une espèce de fantaisie récréative comprenant plusieurs scènes mimées par les danseurs, à l'invitation d'un couple menant le jeu. Il commençait par une promenade, que suivaient une valse, une polka, une mazurka. Ordinairement, il terminait un bal à la manière d'un quadrille. Le nombre des figures exécutées au cours d'un cotillon était innombrable. Très souvent, le cotillon se terminait par une figure connue de tous les participants ; elle précédait le salut que les couples adressaient à la maîtresse de maison. Par extension, on appelle aussi « cotillon » une farandole de fin de bal. Le Cotillon est encore le titre d'une opérette du compositeur Henri Casadesus (1879-1947).

— Pierre-Paul LACAS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Pour citer cet article

Pierre-Paul LACAS. COTILLON, danse [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009