CONTRETEMPS, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme musical d'ordre rythmique qui s'applique à l'entrée d'une voix sur un temps faible de la mesure ou sur une partie faible d'un temps, mais sans qu'il y ait prolongation de la note, comme c'est le cas dans la syncope. Le temps fort (ou la partie forte du temps) est remplacé par un silence. On apprécie d'autant plus un contretemps que les temps forts qui le précèdent et qui le suivent sont mieux accentués. Deux notes liées entre elles et de même hauteur ne donnent pas forcément lieu à un contretemps. On comprend que le contretemps ne soit possible que s'il y a au moins deux parties simultanées, dont l'une assure l'accentuation ordinaire de la mesure. En grégorien, par exemple, il est impossible.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  CONTRETEMPS, musique  » est également traité dans :

RYTHME, musique

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 5 566 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Symétrie et dissymétrie »  : […] Les exemples précédents ont été choisis pour illustrer une progression, qui part de l'isochronie pour aboutir à l'irrégularité complète, sans référence à une division égale du temps. L'oscillation entre symétrie et dissymétrie est caractéristique du rythme et de sa dialectique vivante avec le temps métrique. Il est organisation des durées, dont il règle la proportion, l'espacement, les groupements […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « CONTRETEMPS, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/contretemps-musique/