CONSUL, Ancien Régime

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Titre romain, repris au xiie siècle pour qualifier les membres du conseil des villes de la France méridionale bénéficiaires de l'autonomie municipale. On fait parfois l'opposition entre villes de commune et villes de consulat. Dans ces dernières, les diverses catégories sociales d'habitants étaient, en théorie du moins, représentées par quatre, six ou douze magistrats élus qui se partageaient collégialement les responsabilités du gouvernement et prenaient en commun toutes les décisions ; dans les premières, le maire détenait l'essentiel des pouvoirs et le conseil (échevins, jurés, entre autres) ne faisait que l'assister. Le succès de l'institution consulaire fut très grand et, au xive siècle, de simples bourgades du Languedoc avaient leur consulat. Les consuls de Toulouse portaient le titre de capitouls. Dès la fin du Moyen Âge, les municipalités perdirent une grande partie de leurs pouvoirs, qu'il s'agisse des villes de commune ou de consulat. Les raisons essentielles en furent les dissensions internes et l'accaparement des magistratures par les plus riches d'une part, et d'autre part, la volonté de la monarchie de se rattacher étroitement les communautés trop indépendantes.

Sous l'Ancien Régime, les consuls n'étaient plus élus dans la plupart des villes, et, passés sous la tutelle administrative des commissaires royaux, ils ne gardaient plus guère que des fonctions de justice. Les juges des tribunaux de commerce, créés par Charles IX en 1563, étaient également appelés consuls ou juges-consuls, ayant été à l'origine recrutés parmi d'anciens officiers municipaux. Les membres de la juridiction consulaire — ancêtre de notre tribunal de commerce — étaient élus par les principaux marchands ; à Paris par les six corps, les marchands de vin et les libraires. Au xviiie siècle, soixante-sept villes avaient une telle juridiction, jugeant en première instance avec appel au parlement, et souverainement jusqu'à 500 livres. Établie malgré l'opposition des parlements à qui elle enlevait de nombreuses causes, développée à Paris, en dé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : diplômé de l'École pratique des hautes études, assistant à l'université de Paris-II
  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  CONSUL, Ancien Régime  » est également traité dans :

HÔTEL DE VILLE

  • Écrit par 
  • Pascal LIÉVAUX-SENEZ
  •  • 3 691 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pouvoir municipal »  : […] Dès le haut Moyen Âge, le sens de la communauté qui se développe dans les villes et dans les bourgs est un facteur de transformation sociale : marchands et artisans ne veulent plus dépendre entièrement du seigneur laïc ou ecclésiastique. À la fin du xi e  siècle et tout au long du xii e , les cités les plus dynamiques obtiennent la concession de libertés et de privilèges consignés dans des chart […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric BLUCHE, Jean FAVIER, « CONSUL, Ancien Régime », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/consul-ancien-regime/