Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONSTANTIN II dit LE JEUNE (316-340)

Né à Arles et appelé Constantin le Jeune pour le différencier de son père Constantin le Grand, empereur romain, il est fait césar à l'âge d'un an et hérite en 335 d'une partie de l'Empire que son père partage entre ses trois fils ; il reçoit les diocèses des Gaules, de l'Espagne, de la Bretagne insulaire. Il s'est déjà fait remarquer en 332 pour sa brillante conduite militaire, lorsqu'il a pris une part active à la défense de l'Empire. Il entre en effet dans le pays des Sarmates pour les aider à repousser une invasion des Goths ; ces derniers sont battus ; leur roi donne son fils en otage et fournit aux Romains 40 000 hommes de troupes auxiliaires. Proclamé auguste à la mort de Constantin le Grand, en même temps que Constance II et Constant Ier par le Sénat de Rome, Constantin II s'estime défavorisé dans le partage de l'Empire par rapport à ses frères et notamment à Constant Ier, auquel il cherche querelle pour tenter de s'emparer de l'Italie et de Rome dont le prestige est encore immense. Attiré dans une embuscade près d'Aquilée, il est tué par Constant Ier qui s'empare de ses territoires en Occident et réalise ainsi pour son propre compte le projet de son frère défunt. Constantin II, dit le Jeune, n'aura régné que trois ans.

— Joël SCHMIDT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Pour citer cet article

Joël SCHMIDT. CONSTANTIN II dit LE JEUNE (316-340) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références