KEPLER CONJECTURE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comment empiler, de la façon la plus dense possible, des sphères de même rayon dans l'espace ? Cette question est apparue il y a près de quatre siècles, à la suite de travaux de Thomas Harriot – l'assistant mathématicien de Walter Raleigh – concernant les empilements de boulets de canon. Dans un livret publié en 1611, Johannes Kepler énonce que l'empilement de sphères le plus dense possible dans l'espace est l'empilement cubique à face centré, c'est-à-dire celui qui correspond aux empilements de fruits que l'on peut apercevoir communément sur les étals des marchés.

Cet énoncé, maintenant appelé conjecture de Kepler, a traversé les siècles sans connaître de preuve rigoureuse. Il figure parmi la liste des problèmes que David Hilbert proposa à la communauté des mathématiciens au congrès international des mathématiciens de 1900. En fait, à partir de l'empilement cubique à face centré, il est possible de construire une infinité d'autres empilements de sphères ayant la même densité, égale à π/√18 ≈ 0,7404 804 9. Le problème est donc de démontrer que tout empilement de sphères a une densité inférieure ou égale à ce nombre. En 1947, la meilleure borne connue était de 0,828 (Rankin), et, en 1993, le record était de 0,7731 (Muder), jusqu'à ce que Thomas C. Hales, de l'université du Michigan, rende publique sa solution du problème de Kepler, au début de l'année 1999.

L'approche de Hales diffère significativement des approches antérieures par un usage intensif de l'ordinateur. La preuve complète est contenue dans un ensemble d'articles totalisant plus de 250 pages. Le stockage des dossiers informatiques contenant l'ensemble des codes informatiques et des données nécessaires à la preuve exige près de trois gigabits de mémoire. Le premier progrès important sur le problème avait été effectué par Fejes Toth en 1953. Celui-ci était parvenu, en utilisant une construction géométrique classique, la décomposition de Voronoi, à ramener le problème à une question d'optimisation d'une fonctionnel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  KEPLER CONJECTURE DE  » est également traité dans :

INFORMATIQUE ET VÉRITÉ MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 990 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Preuves mathématiques classiques avec ordinateur »  : […] Si l'ordinateur peut conduire à de quasi-certitudes en dehors de la méthode hilbertienne, il peut aussi produire des preuves mathématiques classiques. Plusieurs cas sont possibles, que nous allons présenter en insistant sur ce qui les distingue. Certaines techniques de démonstration automatique produisent des démonstrations qu'aucun humain n'avait découvertes sans aide informatique, mais qui, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/informatique-et-verite-mathematique/#i_24273

Pour citer l’article

François LOESER, « KEPLER CONJECTURE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conjecture-de-kepler/