CONFLIT INTERNATIONAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Opposition grave de vues ou d'intérêts entre États, donnant lieu ou risquant de donner lieu à l'emploi par ces États de mesures de force en vue de faire prévaloir leurs prétentions respectives. Ces mesures de force peuvent varier dans leur gravité et dans leurs conséquences : elles peuvent comporter des actes de violence proprement dite (guerre, opération militaire restreinte dans son étendue et ses effets, bombardement d'une portion du territoire de l'adversaire) ou ne pas en comporter tout en revêtant un aspect de violence (blocus d'un port ou des côtes d'un État, démonstration navale, mesures économiques, rupture des relations internationales).

La guerre et les moyens de coercition en dehors de la guerre se retrouvent tout au long de l'histoire et arrivent à une certaine cristallisation au xixe siècle et au début du xxe. Le droit international réglemente alors les conflits internationaux : des règles précises sont applicables en cas de recours à la force, aussi bien lorsqu'une guerre a été déclenchée que lorsqu'il s'agit de mesures moins extrêmes. Cette situation n'a pas survécu, pratiquement, aux deux guerres mondiales : d'une part, les moyens de destruction mis en œuvre (sous-marins, avions de combat, armes de destruction massive, fusées à longue distance) produisent des effets tels qu'ils échappent par là même aux règles établies ; d'autre part, des conflits ayant une importance politique considérable ont souvent opposé non plus un État à un autre, mais des formations bien plus difficiles à déterminer, constituées essentiellement sur des bases idéologiques, et pouvant impliquer aussi des États. Enfin, après la Seconde Guerre mondiale, l'opposition des deux puissances les plus importantes a créé une situation conflictuelle qui se situait également en dehors des règles internationales traditionnelles. En effet, la « guerre froide » était l'affrontement entre deux blocs d'États qui se mesuraient ainsi par la puissance de leurs forces armées et leur cohésion, sans actes de violences autres que des heurts limités ou tout au plus des opérations militaires restant localisées. Parallèlement à cette évolution, la communauté internationale a recherché de plus en plus les moyens de résoudre, voire d'éliminer les conflits.

L'USS California en feu

Photographie : L'USS California en feu

L'USS California en feu à Pearl Harbor après l'attaque-surprise des Japonais le 7 décembre 1941. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Dès avant le xixe siècle, il existait certaines procédures qui devaient permettre d'arriver à une solution à l'amiable des différends entre États ; le xxe siècle en a élaboré d'autres, si bien qu'à l'heure actuelle les États ont à leur disposition une série considérable de moyens de règlement pacifique. Ces moyens peuvent être classés en trois catégories. Les techniques diplomatiques de règlement comprennent la négociation entre les parties, les bons offices, c'est-à-dire l'intervention d'un tiers cherchant à amener les adversaires à la table de négociation, la médiation comportant la formulation de propositions concrètes en vue du règlement par un tiers, l'enquête visant à faire établir les faits par un organe indépendant et la conciliation qui combine l'établissement des faits avec la formulation de propositions de règlement. La deuxième catégorie comprend les moyens juridictionnels de règlement, c'est-à-dire l'arbitrage ou le recours à un véritable tribunal international permanent soit mondial (Cour internationale de justice de La Haye), soit régional (Cour de justice des communautés européennes, Commission et Cour européennes des droits de l'homme). Le règlement judiciaire se distingue des modes diplomatiques de règlement en ceci qu'il aboutit à des décisions qui sont obligatoires pour les parties en conflit. Enfin, avec la création d'organisations internationales de caractère politique — Société des Nations puis Organisation des Nations unies — ainsi que de certaines organisations régionales, des procédures politiques de règlement pacifique des différends ont été élaborées. Dans certains cas, la mise en œuvre de ces modes de règlement ne requiert pas le consentement préalable des États parties au différend ; c'est un progrès considérable par rapport aux modes diplomatiques et juridictionnels qui supposent toujours un tel accord.

L'efficacité des modes de règlement des différends laisse, toutefois, à désirer. C'est pour cette raison que la communauté internationale a cherché à interdire, puis à éliminer les conflits avant [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONFLIT INTERNATIONAL  » est également traité dans :

ARBITRAGE, droit

  • Écrit par 
  • René DAVID, 
  • René Jean DUPUY, 
  • Universalis
  •  • 10 799 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’arbitrage en droit international public »  : […] « L'arbitrage international a pour objet le règlement de litiges entre les États par des juges de leur choix et sur la base du respect du droit. » Cette définition de l'arbitrage, donnée par l'article 37 de la convention de La Haye du 18 octobre 1907 sur le règlement pacifique des conflits internationaux, est la plus précise et, comme telle, admise par la plupart des auteurs. L'arbitrage s'aff […] Lire la suite

Les derniers événements

18 novembre 2019 Russie – Ukraine. Restitution à Kiev des navires arraisonnés.

En décembre doit se tenir en France un sommet international sur le règlement du conflit dans l’est de l’Ukraine. […] Lire la suite

1er septembre - 31 octobre 2018 Suisse. Rapport du Contrôle fédéral des finances sur les exportations d'armement.

Le 1er, le président du Comité international de la Croix-Rouge Peter Maurer critique la décision prise en juin par le Conseil fédéral de ne plus systématiquement interdire l’exportation de matériel de guerre vers un pays confronté à un conflit interne, s’il n’y a aucune raison de penser que les armes seront utilisées dans ce conflit. Il estime que cette décision risque « d’affaiblir la crédibilité de la Suisse en tant qu’acteur humanitaire ». […] Lire la suite

2-21 décembre 2017 Yémen. Mort de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

Le 21, le Comité international de la Croix-Rouge estime à un million le nombre de cas de choléra suspectés dans le pays. […] Lire la suite

5-23 décembre 2015 Russie. Engagement de nouvelles poursuites contre Mikhaïl Khodorkovski.

Le 23, le Comité d’enquête de Russie, placé sous l’autorité du Kremlin, annonce le lancement d’un mandat d’arrêt international contre Mikhaïl Khodorkovski. Ce dernier est suspecté d’être le commanditaire de l’assassinat, en juin 1998, de Vladimir Petoukhov, le maire de Nefteïougansk, en Sibérie, qui était en conflit avec Ioukos. Mikhaïl Khodorkovski a déjà été condamné à la prison pour escroquerie et évasion fiscale en mai 2005. […] Lire la suite

6-14 août 2011 Afghanistan. Lourdes pertes humaines pour la coalition internationale

Le 14, un soldat français – le soixante-quatorzième depuis le début du conflit et le vingt-deuxième depuis le début de l'année – est tué dans la province de Kapisa. Selon un rapport d'experts publié en juillet par l'O.N.G. International Crisis Group, « les insurgés sont sortis des provinces pachtounes du sud et du sud-est et ont considérablement accru leur influence dans la région centre autour de Kaboul, dans les provinces de Logar, de Wardak et de Kapisa ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alexandre KISS, « CONFLIT INTERNATIONAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conflit-international/