STILL CLYFFORD (1904-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Dramaturge qui cultive le contraste le plus entier », ainsi Barbara Rose, dans L'Art américain depuis 1900 (Bruxelles, 1969), définit-elle le peintre américain Clyfford Still. Au sein de l'expressionnisme abstrait américain, il tend vers une peinture plus statique que dynamique. Alors que Pollock et De Kooning explorent toutes les possibilités de l'abstraction gestuelle et graphique, Still, comme Rothko, insiste surtout sur la confrontation violente et parfois dramatique des grandes surfaces de couleurs pures. Avant de s'établir à New York en 1950 et de travailler avec Pollock et De Kooning, Still passe près de dix ans à San Francisco, où, professeur à la California School of Fine Arts, il a un rayonnement considérable. Ses premières œuvres, des peintures violemment colorées, évoquent certains paysages romantiques et surréels déchirés par les éclairs stridents d'une lumière artificielle où semblent se lire certaines configurations naturelles et déchiquetées, telles que ravins, cañons ou crevasses. Peu à peu, délaissant tout anecdotisme, le peintre ne joue plus que sur les variations d'une matière riche et dense et sur celles d'une couleur violemment saturée. Il atteint ainsi à un sens cosmique et parfois mystique de l'espace d'une rare originalité. Partant d'un ton dominant (très souvent noir), toujours sombre et chaud, il l'étire sur la surface de la toile pour le confronter avec une couleur contrastée (jaune ou rouge) qui strie l'espace comme une flamme. Refusant toute concession, ne travaillant que sur de très grandes surfaces, Still, qui ne donne jamais de titre à ses œuvres (l'Albright Knox Gallery à Buffalo en possède une quarantaine), instaure un environnement qui oblige le spectateur à une confrontation brutale, immédiate et parfois dramatique avec l'œuvre d'art.

—  Maïten BOUISSET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STILL CLYFFORD (1904-1980)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'affirmation d'une identité artistique américaine »  : […] Le « triomphe de l'art américain », pour reprendre le titre du classique d'Irving Sandler, est dû à la mise en place chez les critiques, les artistes, les institutionnels et les marchands d'une stratégie commune visant à souligner la dimension vernaculaire de leur création. Tandis que dans la plupart des pays européens, exception faite des régimes totalitaires, l'idée d'un art patriotique entraîne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15669

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture sans limites »  : […] Refusant le formalisme de l'abstraction géométrique et son fondement conceptuel, les artistes empruntent aux surréalistes la notion d'automatisme psychique qui accorde une priorité absolue au mode de conception. Par ailleurs, de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques font leur apparition et ouvrent des perspectives sans fin d'improvisation et d'expérimentation. Pollock utilise de la peintur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-new-york/#i_15669

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « STILL CLYFFORD - (1904-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clyfford-still/