SINDING CHRISTIAN (1856-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Kongsberg et mort à Oslo, Christian Sinding reste le plus grand compositeur norvégien après Grieg. Formé à l'école allemande (il est resté quatre ans au conservatoire de Leipzig, où il se fera remarquer en 1882 par son Quintette avec piano, op. 5), Sinding subira à la fois l'influence de Wagner et celle de Liszt. Il passera au total près de quarante ans sur le sol germanique ; il ne quittera l'Europe que pour une saison universitaire (1921-1922), pendant laquelle il enseignera à l'Eastman School of Music de Rochester (qui venait juste d'être dotée par son bienfaiteur, l'inventeur du célèbre appareil photographique Kodak).

Des compositions de Sinding, outre le quintette déjà cité, on retiendra plusieurs œuvres de musique de chambre et de nombreuses partitions pour le piano qui oscillent entre des morceaux faciles de salon (tels les célèbres Murmures du printemps, op. 32, no 3) et quelques exercices de bravoure très lisztiens (au sein desquels les remarquables Caprices de l'opus 44). Son Concerto pour piano, opus 6, n'a rien à envier là encore à ceux de Liszt, tandis que de ses quatre symphonies la première reste inégalée : caractéristique troublante de la production de Sinding, qui ne semble pas avoir progressé durant sa longue existence par rapport à ses œuvres de jeunesse. En vieillissant, son style deviendra plus ampoulé. Il a écrit deux opéras, Titandros (1884) et Der heilige Berg (1912, créé en 1914). Là où Grieg avait donné à la musique norvégienne une identité nationale fortement enracinée dans le folklore, Sinding rétablit un équilibre au profit des influences germaniques, en attendant que Johan Svendsen, le grand chef d'orchestre et talentueux orchestrateur contemporain des deux compositeurs (1840-1911), assure une synthèse d'où pourra naître le courant moderniste norvégien du xxe siècle.

—  Michel VINCENT

Écrit par :

  • : maître en lettres modernes et linguistique générale, chargé de cours à la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence, producteur à Radio-France, directeur antenne musique, Radio France Internationale

Classification

Pour citer l’article

Michel VINCENT, « SINDING CHRISTIAN - (1856-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-sinding/