SCHUBART CHRISTIAN FRIEDRICH (1739-1791)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un pauvre instituteur épris de musique, Schubart a lui-même exercé en premier lieu le métier d'instituteur et d'organiste. Chassé du Wurtemberg en raison de ses idées libérales, il parcourt l'Allemagne du Sud et fonde en 1774 un journal à Augsbourg, La Chronique allemande (Die deutsche Chronik). Chantre de la liberté, il utilise les formes les plus diverses pour dénoncer l'oppression du régime féodal : lettres, dialogues, fables, légendes, rêves ou poésies politiques. Parmi ces dernières, citons le célèbre « Fürstengruft » (« Le Caveau funéraire des princes »). En 1777, il est arrêté sur ordre de Charles Eugène, grand-duc de Wurtemberg et condamné à dix ans de forteresse. C'est en prison et dans des conditions souvent pénibles qu'il écrira son autobiographie, La Vie et les idées de Schubart (1791-1793), et aussi ses poèmes les plus émouvants : Gedichte aus dem Kerker, 1785 (Poèmes du cachot). En 1787, il reprend la publication de sa revue : Schubarts vaterländische Chronik (La Chronique patriotique de Schubart). Il continuera jusqu'à sa mort. Musicien et poète de talent, il a laissé de nombreux lieder populaires qui chantent le désir de paix et de liberté des simples gens.

—  Marie-Claude DESHAYES

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marie-Claude DESHAYES, « SCHUBART CHRISTIAN FRIEDRICH - (1739-1791) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-friedrich-schubart/