MICHEL CHARLES (1975- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus jeune Premier ministre de l’histoire belge

Après les élections régionales et fédérales du 25 mai 2014, qui lui permettent de siéger à nouveau au Parlement fédéral, le roi Philippe lui confie la mission d’informateur (27 juin), puis celle de coformateur (22 juillet), partagée avec Kris Peeters, membre du Christen-Democratisch en Vlaams (CD&V). Parce que ce dernier n’a pas accepté de prendre la tête du gouvernement en gestation, le poste revient à un représentant du MR. Le 11 octobre 2014, Charles Michel prête serment en tant que Premier ministre, succédant ainsi au socialiste Elio Di Rupo. Son gouvernement regroupe quatre formations politiques – trois flamandes, le CD&V, l’Open VLD (Vlaamse Liberalen en Democraten ; Libéraux et démocrates flamands), la NVA (Nieuw-Vlaamse Alliantie ; Alliance néoflamande), et une francophone, le MR. On le surnomme « la coalition suédoise », en référence aux couleurs politiques bleue (libérale) et jaune (NVA) qui rappellent le drapeau suédois. Il obtient la confiance du Parlement fédéral le 16 octobre 2014. Charles Michel est le plus jeune Premier ministre de l’histoire de la Belgique et le premier libéral francophone à exercer cette fonction depuis 1938. Le 16 décembre 2014, il cède officiellement la présidence du MR.

Réélu lors des élections communales du mois d’octobre 2012, Charles Michel reste en revanche bourgmestre en titre de Wavre, tout en étant légalement empêché d’exercer sa fonction. Il est également privé de son siège parlementaire pour la durée de son nouveau mandat ministériel. Du 30 mai 2011 au 29 avril 2015, il a exercé la présidence du centre Jean-Gol, le centre d’études du MR.

La cohabitation difficile avec les nationalistes flamands de la N-VA amène Charles Michel à la démission en décembre 2018. À la demande du roi, il gère les affaires courantes jusqu’aux élections législatives de 2019. Dans la foulée des élections européennes de mai, il est désigné le 2 juillet 2019 à la présidence du Conseil européen, en remplacement de Donald Tusk. Il conserve son poste de Premier ministre jusqu’au 27 octobre.

(Voir également BELGIQUE, chronologie contemporaine)

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : licencié en histoire de l'Université libre de Bruxelles, responsable scientifique du Centre Jean-Gol, Bruxelles (Belgique)

Classification

Autres références

«  MICHEL CHARLES (1975- )  » est également traité dans :

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le déplacement du centre de gravité institutionnel »  : […] Le 11 octobre 2011, soit plus d’un an après le scrutin de juin 2010, est présenté à la presse l’accord conclu entre les partis socialistes, libéraux, de tradition sociale-chrétienne et écologistes, francophones et flamands, pour une sixième réforme institutionnelle. Le texte prévoit la scission de la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde, mais les habitants de certaines communes sit […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joseph TORDOIR, « MICHEL CHARLES (1975- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-michel/