JAMES CHARLES (1906-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille américaine, Charles James effectue des études orageuses en Angleterre et en France avant de rejoindre ses parents à Chicago. C'est là qu'il ouvre, en 1926, une maison de modiste sous le nom de Charles Boucheron. Les premières clientes sont des amies fanatiques. Deux ans plus tard, il transporte son affaire à New York et vend des modèles au grand magasin Best & Co. L'été de 1929, James est à Londres où il devient vite la coqueluche de la société élégante ou cultivée : Virginia Woolf, parmi d'autres, admire ses créations. Malgré le succès de ses chapeaux, il connaît sa première faillite. Voyageant intensivement entre Londres et Paris pendant toute la décennie, James crée des modèles de chapeaux et de vêtements destinés aux confectionneurs américains, particulièrement Best & Co. et Marshall Field's. Au nombre de ses premières grandes réussites, la robe « Taxi », une formule conçue dès 1929, qui atteint sa forme finale en 1933 : un fourreau équipé d'une fermeture à glissière qui dessine une longue spirale autour de la silhouette. C'est en 1937 que James présente à Paris, dans le cadre d'un grand hôtel, sa nouvelle collection, qui comporte une série de manteaux constitués de bandes de gros-grain tissé par Colcombet. Ces manteaux à la coupe hiératique, étrange, sont appréciés des connaisseurs et font l'objet des célèbres photographies de Cecil Beaton. James a également conçu une étonnante veste de soirée, en satin molletonné, aux épaules intentionnellement exagérées.

De retour à New York en 1939, James y exerce une double activité de grand couturier exclusif et de concepteur de modèles de prêt-à-porter. Tandis que le couturier Castillo lui succède chez Elizabeth Arden où il fut modéliste de 1943 à 1945, James ouvre son propre salon de couture dans Madison Avenue.

Après la guerre, il présente à nouveau ses collections en Europe, tout en gardant la priorité à son salon américain. Il remporte en 1950 le Coty Award, distinction décernée par les journalistes de mode améri [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAMES CHARLES (1906-1978)  » est également traité dans :

PHANTOM THREAD (P. T. Anderson)

  • Écrit par 
  • Michel CIEUTAT
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pygmalion pris au piège »  : […] S’il s'inspire du souvenir laissé par Charles James, grand couturier londonien (1906-1978) qui se considérait comme un « architecte structurel du vêtement » voulant « élever la mode au rang d'art plastique », Phantom Thread délaisse rapidement les arcanes de sa carrière mouvementée, lui préférant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phantom-thread/#i_94030

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « JAMES CHARLES - (1906-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-james/