CHARLES Ier (1887-1922) empereur d'Autriche (1916-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit-neveu de l'empereur François-Joseph Ier, Charles Ier est le dernier Habsbourg à régner. Devenu archiduc héritier par suite de l'assassinat de son oncle François-Ferdinand en 1914, il monte sur le trône en pleine guerre mondiale en 1916. Armé de beaucoup de bonne volonté, il n'a pas les qualités nécessaires pour sortir la monarchie autrichienne de la situation inextricable où l'avait mise François-Joseph en déclarant la guerre. Charles Ie prend contact avec les puissances de l'Entente afin de conclure une paix séparée, sans avoir mis son allié allemand au courant. Clemenceau rompt les négociations, mais il est fort douteux que l'Allemagne aurait accepté cette « trahison » sans réagir. Charles Ier, à l'automne 1918, promulgue les réformes qui, cinquante ans plus tôt, auraient pu résoudre la question des nationalités en accordant l'autonomie à chaque groupe ethno-linguistique et en transformant la monarchie en une fédération danubienne. C'est trop tard ; quelques jours plus tard, Tchèques et Slaves du Sud constituent des gouvernements provisoires, tandis que Hongrois et Allemands d'Autriche forment des États autonomes à caractère républicain. Grâce à un armistice maladroitement négocié, la seule force de cohésion de la monarchie, son armée, se voit trahie ; des milliers de soldats sont faits prisonniers par les Italiens, tandis que les autres regagnent leurs foyers dans le plus grand désordre. C'est la dissolution de l'Autriche-Hongrie et le souverain, isolé à Schönbrunn, se retire le 12 novembre 1918 sans pourtant pour autant abdiquer formellement. En février 1919 il quitte le territoire autrichien, mais après le triomphe de la contre-révolution en Hongrie, il tente par deux fois de rentrer dans ce royaume sans roi en mars et en octobre 1921. Les deux fois il se heurte à l'opposition du régent Horthy et surtout des puissances membres de la Petite-Entente. Il meurt de tuberculose en exil, à Funchal, dans l'île de Madère, le 1er avril 1922.

Charles Ier d'Autriche

Charles Ier d'Autriche

photographie

Charles et son épouse Zita lors de leur couronnement comme souverains de Hongrie, le 31 décembre 1916. Dès son arrivée sur le trône austro-hongrois, Charles Ier mit en œuvre, sans succès, une diplomatie visant à arrêter la guerre grâce à une politique de concessions. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Jean BÉRENGER

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CHARLES I er (1887-1922) empereur d'Autriche (1916-1918)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Essor économique et vie culturelle »  : […] C'est indiscutablement dans ce domaine que l'Empire austro-hongrois connut les réussites les plus brillantes, qui firent qu'en dépit d'insuffisances notoires et d'injustices criantes l'époque de l'empereur François-Joseph a profondément marqué la conscience collective des peuples d'Europe centrale. Car l'Autriche-Hongrie s'identifia à l'empereur-roi, dont le très long règne (1848-1916) recouvrit p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_16711

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « CHARLES Ier (1887-1922) - empereur d'Autriche (1916-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ier-1887-1922-empereur-d-autriche-1916-1918/