SELIGMAN CHARLES GABRIEL (1873-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anthropologue, né à Londres, Charles Seligman, après des études de médecine, s'est dirigé très tôt vers l'étude des sociétés archaïques. Dès l'âge de vingt-cinq ans, il participa à l'expédition au détroit de Torrès, puis s'intéressa aux populations de Nouvelle-Guinée (1904). Il effectua de nombreux séjours outre-mer, souvent en compagnie de sa femme, Brenda. D'ethnologue de terrain il devint universitaire, d'abord comme professeur à la célèbre London School of Economics and Political Science, puis comme visiting professor à l'université Yale (1938).

Le trait marquant de Seligman est sa polyvalence, aussi bien sur le plan géographique que sur le plan thématique. Il a séjourné chez des populations très diverses : Mélanésiens, tribus pagan, Vedda de Ceylan, Négro-Africains et peuples nilotiques. Il a débordé les cadres de sa spécialité propre, l'anthropologie sociale, pour s'intéresser à la psychanalyse et même à l'anthropologie physique (The Races of Africa, 1930). Seligman a essayé de reconstituer l'histoire orale des sociétés qu'il étudiait, considérant que les modèles culturels devaient être réinsérés dans une perspective diachronique pour être pleinement compris. Il a montré ainsi « comment une structure sociale, en apparence très systématisée, s'est tantôt dégagée, tantôt maintenue, à travers une succession d'événements changeants (guerres, migrations, rivalités, conquêtes) » (C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale). Seligman, malgré les aspects modernes de sa recherche, est le représentant d'une ethnologie classique aujourd'hui révolue, celle qui dépassait les bornes étroites des spécialisations au bénéfice de la comparaison culturelle.

—  Jean POIRIER

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Nice, membre de l'Académie des sciences d'outre-mer

Classification

Autres références

«  SELIGMAN CHARLES GABRIEL (1873-1940)  » est également traité dans :

EVANS-PRITCHARD EDWARD EVAN (1902-1973)

  • Écrit par 
  • Raymond ECHES
  •  • 694 mots

Probablement le représentant le plus prestigieux de l'anthropologie britannique, Evans-Pritchard se montre soucieux d'allier le détail recueilli avec soin sur le terrain à l'explication fonctionnelle sans passion. En cela, il fut un élève modéré de Malinowski, mais jamais son disciple. E.-P., comme ses élèves l'appelaient, ajouta à cette tradition de très fortes préoccupations historiques chaque f […] Lire la suite

NILOTIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 637 mots

Dans le chapitre « Les Shilluk et la royauté sacrée »  : […] Au début du xx e siècle, lorsqu'ils furent étudiés par C. G. et Brenda Z. Seligman, les Shilluk occupaient une bande sur la rive occidentale du Nil vers le 10 e parallèle nord. Pays plat et herbeux, aride pendant la saison sèche et marécageux pendant la saison humide, cette région convient à l'élevage et à l'agriculture que pratiquent les quelque 110 000 Shilluk. Selon l'opinion actuellement la […] Lire la suite

ROI DIVIN, anthropologie

  • Écrit par 
  • Claude TARDITS
  •  • 5 001 mots

Dans le chapitre « La construction de Frazer »  : […] Frazer, qui distingue radicalement la magie de la religion ( Le Roi magicien , I), fait d'abord passer l'humanité par un âge de la magie ; plus tard, après avoir découvert la fausseté intrinsèque de la magie, les hommes sont conduits à la pratique de la religion, en tentant de se concilier les puissances supérieures. Au premier stade de son évolution, l'homme se croit en mesure d'agir sur la natur […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean POIRIER, « SELIGMAN CHARLES GABRIEL - (1873-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-gabriel-seligman/