CERCLES LITTÉRAIRES RUSSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Durant le xixe siècle, en Russie, les cercles littéraires et philosophiques jouent un rôle intellectuel et social considérable, surtout dans les premières décennies, quand l'activité littéraire est pratiquement la seule forme d'expression possible : rôle formateur pour des adolescents insatisfaits de l'enseignement prodigué ; rôle contestataire, même s'il prend l'aspect innocent d'une retraite sentimentale, d'une parodie, d'une spéculation philosophique ; rôle de brassage social, car aux jeunes nobles viennent se joindre progressivement des intellectuels roturiers (raznotchintsy) préparant ainsi la naissance de l'intelligentsia russe. Ces cercles naissent et disparaissent spontanément. Il existe cependant une remarquable filiation : ils se démarquent des salons littéraires, aristocratiques, mondains, de culture française et font leurs les aspirations idéalistes de la littérature allemande (le schillerisme est un fil conducteur qui mène de Joukovski à Blok en passant par Bielinski et Dostoïevski), ils s'organisent autour d'une personnalité exceptionnelle dont le rayonnement sur ses compagnons ne disparaît pas, après une mort généralement précoce. C'est du moins le cas pour les plus importants.

La Société littéraire amicale, fondée à Moscou en 1801 par Andreï Tourguenev (1781-1803) avec son frère Alexandre, plus tard auteur de la Chronique d'un Russe à Paris (1838), et son ami Joukovski, le futur poète. Tourguenev leur fait partager son engouement pour la littérature allemande du Sturm und Drang et donne au problème du bonheur un éclairage social que Joukovski, après la mort de son ami, noie dans le sentimentalisme. L'avènement d'une littérature nationale, le rôle de Karamzine (jugé trop « féminin » par Tourguenev) sont au centre du débat repris plus tard dans la fameuse querelle entre les conservateurs, partisans de l'amiral Chichkov, et les amis de Joukovski regroupés dans la société parodique Arzamas (1815-1818).

Le cercle des Lioubomoudry, littéralement « Amis de la sagesse », terme mystique et maçonnique du xviiie siècle employé à la place de « philosophes » — «  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Grenoble-III

Classification


Autres références

«  CERCLES LITTÉRAIRES RUSSES  » est également traité dans :

ODOÏEVSKI VLADIMIR FEDOROVITCH (1804-1869)

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 175 mots

Cousin d'Alexandre Ivanovitch Odoïevski, disciple de Schelling, Vladimir Fedorovitch Odoïevski publie avec le futur décembriste Küchelbecker l'almanach Mnémosyne pour diffuser les conceptions esthétiques allemandes et lutter contre la gallomanie. Apolitique, il anime avec Venevitinov le cercle des Ljubomudry (« amants de la sagesse », soit, en vieux slave, philosophes), dont on retrouve l'atmosp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alexandre BOURMEYSTER, « CERCLES LITTÉRAIRES RUSSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercles-litteraires-russes/