WEBER CARL MARIA VON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Carl Maria von Weber

Carl Maria von Weber
Crédits : Photos.com/ Thinkstock

photographie

Le Freischütz

Le Freischütz
Crédits : Hulton Getty

photographie


C'est à Weber qu'appartient le mérite d'avoir achevé de donner à l'opéra allemand une existence, une crédibilité et une esthétique propres et de lui avoir permis de tenir tête à l'invasion italienne. Nullement limitée à l'Allemagne, l'influence de Weber a été considérable sur de nombreux compositeurs du xixe siècle, tels que Mendelssohn, Berlioz, Chopin, Glinka, Wagner. Elle s'est exercée principalement dans les domaines de l'orchestration, du traitement du clavier, de certaines tournures mélodiques et de l'esthétique dramaturgique. Selon une définition très fine de Debussy, Weber est « le premier musicien qui ait été inquiété par le rapport qu'il doit y avoir entre l'âme de la nature et l'âme d'un personnage ». Cette attitude correspond à la philosophie panthéiste allemande, telle qu'elle a été exprimée par Schelling (Die Weltseele, « L'Âme du monde »), par les poètes romantiques, ou par des peintres comme Caspar David Friedrich. L'approche de Weber, dépourvue de cérébralisme, s'est nourrie dans une large mesure aux traditions populaires, légendaires et merveilleuses. Sa musique, qui peut être tour à tour onirique, évocatrice, hédoniste sans prétentions, ou rustique, parle avant tout à l'imagination et à la sensibilité. On peut rapprocher en cela Weber de Schubert, mais sans le côté volontiers angoissé et douloureux de ce dernier. Romantique par le choix de ses sujets et par son langage musical, Weber observe cependant dans son art une objectivité qui révèle une nature ouverte sur le monde extérieur et un refus de l'introspection ; d'où à la fois l'équilibre et la clarté de sa musique, son efficacité narrative, mais aussi, lorsqu'il reste au-dessous des sommets qu'il est capable d'atteindre, les limites de son amabilité superficielle.

Carl Maria von Weber

Carl Maria von Weber

Photographie

Le compositeur allemand Carl Maria von Weber (1786-1826) est surtout connu pour son opéra Le Freischütz

Crédits : Photos.com/ Thinkstock

Afficher

Une brève mais brillante carrière

Carl Maria von Weber naît à Eutin (Holstein) le 18 (ou 19) novembre 1786. Sa cousine, Constance Weber, était l'épouse de Mozart. Son père, Franz Anton, après avoir été Stadtmusiker (musicien de la ville), avai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : docteur en musicologie, maître de conférences à l'université d'Évry

Classification


Autres références

«  WEBER CARL MARIA VON (1786-1826)  » est également traité dans :

WEBER CARL MARIA VON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 480 mots
  •  • 12 médias

18 ou 19 novembre 1786 Carl Maria Friedrich Ernst von Weber naît à Eutin, dans le grand-duché d'Oldenbourg, en Allemagne du Nord.1807Première Symphonie, en ut majeur, J 50, et Deuxième Symphonie, en ut majeur, J 51.1811Premier Concerto pour clarinette, en fa mineur, J 114, Deuxième Concerto pour clarinette, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/weber-reperes-chronologiques/

DER FREISCHÜTZ (C. M. von Weber)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 670 mots
  •  • 1 média

« Opéra romantique » en trois actes composé entre 1817 et 1821 par Carl Maria von Weber, Der Freischütz (Le Freischütz) est créé le 18 juin 1821 au Königliches Schauspielhaus de Berlin sous la direction du compositeur, avec notamment le ténor Karl Stümer (Max), la soprano Karoline Seidler (Agathe) et le baryton Heinrich Blume (Kaspar). Il reçoit un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/der-freischutz/#i_34674

LE FREISCHÜTZ (C. M. von Weber)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

La création triomphale, le 18 juin 1821, au Königliches Schauspielhaus de Berlin, du Freischütz de Carl Maria von Weber marque l'émancipation de l'opéra allemand. Malgré la réussite de L'Enlèvement au sérail (1782) et de La Flûte enchantée (1791) de Mozart, voire du Fidelio (1805) de Beethoven, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-freischutz/#i_34674

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration orchestrale »  : […] Dès le début du xix e  siècle, les nouvelles exigences des compositeurs (de Ludwig van Beethoven, par exemple, en ce qui concerne le piano) suscitent des progrès de la facture instrumentale, qui vont rendre possible la naissance d'un nouveau langage orchestral. L'attention des compositeurs se porte sur le timbre, l'équivalent de la couleur, qui e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coloration-musique/#i_34674

COR D'HARMONIE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 436 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Le cor d'harmonie est capable tout à la fois d'accompagner, par des accords doux et suaves, les plus subtils solos instrumentaux ou vocaux ou d'assumer des parties de solistes. Dès la fin du xviii e  siècle, de nombreux concertos sont composés pour lui : Antonio Rosetti lui en consacre douze (entre 1782 et 1797), Joseph Haydn deux (un perdu et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cor-d-harmonie/#i_34674

MÉLODIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tonalité et l'hégémonie du mode d'ut »  : […] Dans l'affaire, la mélodie trouve bien, en principe, le champ libre, mais dans les limites étroites du mode d' ut . Et c'est pourquoi la mélodie classique se montre sous un jour absolument différent. Astreinte à prendre appui sur la tonique et la dominante, autorisée à de brèves digressions dans les tons voisins, sans cesse tentée par l'énoncé pur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodie/#i_34674

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « La naissance de l'opéra allemand »  : […] Ludwig van Beethoven (1770-1827) ne saurait être considéré comme l'une des figures essentielles de cette épopée lyrique. Cependant, malgré bien des défauts, son Fidelio (1805) établit, à double titre, un passage symbolique entre les deux siècles : par son livret, profondément idéaliste et à cet égard véritablement romantique, qui exalte la libe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_34674

Voir aussi

Pour citer l’article

André LISCHKE, « WEBER CARL MARIA VON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-maria-von-weber/