CARIE, Asie Mineure

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Région montagneuse, la Carie s'étend au sud-ouest de l'Asie Mineure. Les pentes verdoyantes et le relief difficile du massif cristallin, qui bordent la Méditerranée, font place dans l'intérieur à de hautes plaines partiellement karstiques déjà très dénudées (poljé de Muǧla, plaines de Tavas et d'Aci Payam) encastrées dans des massifs calcaires (Boz daǧ, 2 421 m). Les deux villes les plus importantes sont Muǧla et Milas.

L'origine des Cariens a fait l'objet de nombreuses controverses, la tradition grecque les faisant venir des îles de l'Égée qu'ils auraient abandonnées à l'arrivée des Grecs. Les Cariens forment en réalité de petites communautés pastorales dépendant de dynastes locaux ou de sanctuaires tels que celui de Mylasa. Très tôt, des contacts s'établissent entre les Cariens et les cités grecques de la côte, singulièrement Cnide et Halicarnasse. On trouve des Cariens parmi les mercenaires qui servent en Égypte au ~ vie siècle, et les Cariens, passés sous la domination perse, participent aux côtés des Grecs à la révolte de l'Ionie (~ 499). Au ~ ve siècle, les cités de la côte carienne font partie de la ligue attico-délienne. Mais c'est au ~ ive siècle que va se développer dans le pays une brillante civilisation, en particulier autour du dynaste Mausole (~ 377-~ 353), qui réussit à s'émanciper presque complètement de la tutelle perse et fait d'Halicarnasse sa capitale. Il aide les cités grecques à se révolter contre la domination athénienne, lors de la guerre des Alliés. Mais son nom restera surtout attaché au monument funéraire que lui fait élever sa sœur et épouse, Artémise, et à la décoration duquel travaillent les plus grands sculpteurs grecs de l'époque, tels Scopas, Bryaxis, Timotheos, et Léocharès.

—  Claude MOSSÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CARIE, Asie Mineure  » est également traité dans :

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une expédition panhellénique pour libérer les Grecs d'Asie »  : […] À l'automne de 335, dans une feinte sérénité, le conseil de la Ligue peut donc fixer au printemps suivant le début d'une expédition panhellénique, visant à libérer les Grecs d'Asie, et répartir entre ses membres l'effort de guerre, au demeurant modéré, imposé par Alexandre. La conjoncture était toutefois moins favorable que sous Philippe. Un bon organisateur, Darius III Codoman, régnait depuis 33 […] Lire la suite

LYDIE

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Les Mermnades »  : […] Après l'orage, la Lydie connaît une brillante renaissance. Délivrée de tout souci du côté de l'Assyrie depuis la mort d'Assurbanipal (626), la Lydie se développe sous deux rois peu connus, Ardys (652-615) et Sadyatte (615-610), mais surtout sous Alyatte (610-561) et Crésus (561-546). Après Gygès, ces souverains s'intéressent aux cités grecques du littoral : Ardys s'empare de Priène et ravage chaq […] Lire la suite

MAUSOLE (mort en 353 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 512 mots

Fils du satrape de Carie Hécatomnos qui exerce son pouvoir au milieu du ~ iv e siècle, Mausole succède à son père en ~ 377-~ 376. Pratiquement indépendant du Grand Roi, il entretient tout d'abord d'excellentes relations avec le pouvoir central et il coopère en ~ 365 avec le karanos , ou chef des armées impériales, Autophradate, dans la répression de la révolte d'Ariobarzane, satrape de Phrygie et […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude MOSSÉ, « CARIE, Asie Mineure », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carie-asie-mineure/