CAGLIARI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cagliari, Italie

Cagliari, Italie
Crédits : G. Cozzi/ DEA/ Getty

photographie


Port du Campidano et de la Sardaigne méridionale, chef-lieu de l'île, Cagliari a une morphologie urbaine marquée par quelques phases historiques importantes. S'il ne reste des villes phéniciennes puis romaines que quelques vestiges, le patrimoine hérité des dominations pisane et aragonaise est notable : le Castello, sur une des collines de calcaire miocène du site de Cagliari, vieux quartier ceint de murailles, abritant la cathédrale ; les quartiers en contrebas, au plan en damier serré, s'étendant jusqu'au port. En bordure de ces vieux quartiers et sur le front de mer ont été tracées, à la fin du xixe siècle, de larges avenues, dont le largo Carlo Felice, bientôt bordées des immeubles cossus de banques et de sociétés commerciales. Dans le même temps, à partir de la vieille cité, se créait, le long de la route d'Oristano et de la voie ferrée, un faubourg de petites industries et d'immeubles populaires. La reconstruction, après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, s'est accompagnée d'un desserrement du tissu urbain, et a provoqué une spéculation immobilière. Cette expansion géographique révèle une croissance démographique rapide, surtout depuis 1950. De grands immeubles ont été construits sur les zones de collines, à l'exception du monte Urpinu dont la pinède a été préservée, et surtout sur la terrasse dominant les lagunes et les basses terres marécageuses, où des zones industrielles ont été aménagées.

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Cagliari, Italie

Cagliari, Italie

photographie

À Cagliari, chef-lieu de la Sardaigne, l'influence turinoise se fait sentir sur ces immeubles du XIXe siècle. 

Crédits : G. Cozzi/ DEA/ Getty

Afficher

Jusque vers 1960, Cagliari ne possédait que de petites industries liées aux ressources locales : minoteries, huileries, fromageries, briqueteries, salines. La politique d'aide aux industriels dans le Sud et les avantages du site et de la position géographique de Cagliari ont permis la création d'un gros complexe pétrochimique (S.A.R.A.S. et Rumianca) au sud-ouest de la ville. Quelques autres industries ont suivi. Bien que ce mouvement se soit accompagné d'une forte contraction de l'emploi dans les secteurs industriels anciens, l'agglomération de Cagliari est désormais un foyer industriel notable. Parallèlement, les activités de l'aéroport et du port se sont développées au point de nécessiter le creusement d'un nouveau port à l'ouest de la ville, sur une partie des salines et de l'étang de Cagliari.

Ce développement des activités industrielles et des transports a eu pour conséquence le gonflement du secteur tertiaire et un accroissement de la densité de population dans la province de Cagliari.

—  Robert BERGERON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAGLIARI  » est également traité dans :

SARDAIGNE

  • Écrit par 
  • André PALLUEL-GUILLARD, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  • , Universalis
  •  • 3 144 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Sardaigne contemporaine »  : […] Le rôle central de la Sardaigne dans l’histoire de la péninsule lui a valu le statut de région autonome en 1948, ce qui lui permet une gestion au plus près des réalités de l’île. Les problèmes de la Sardaigne actuelle ne sont donc pas institutionnels, mais principalement économiques. La population (1 671 000 hab. en 2009) est inégalement répartie et peu urbanisée (deux grandes villes : Cagliari, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sardaigne/#i_49594

Pour citer l’article

Robert BERGERON, « CAGLIARI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cagliari/