EMECHETA BUCHI (1944-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain africain de langue ibo, Buchi Emecheta évoque souvent dans ses romans la place difficile et inégalitaire des femmes, tant dans les communautés immigrées que dans les sociétés africaines.

Buchi Emecheta naît le 21 juillet 1944 à Lagos, au Nigeria. Mariée à l'âge de seize ans, elle part s'installer avec son époux à Londres en 1962. Les difficultés qu'elle rencontre dans la capitale britannique durant les années 1960 – mère de cinq enfants quand elle se sépare de son mari, elle mène de front études doctorales et travaille pour subvenir aux besoins de sa famille – fourniront la matière de ses romans de l'immigration. Les deux premiers, In the Ditch (1972, La Cité de la dèche) et Second-Class Citizen (1974, Citoyen de seconde zone) – plus tard rassemblés sous le titre Adah's Story (1983) –, introduisent les trois grands thèmes qui la hantent : la lutte pour l'égalité, la quête de la confiance en soi et la dignité féminine. Dans un style quelque peu différent, l'ouvrage suivant, Gwendolen (1989, également paru sous le titre The Family, traduit en français sous le titre Gwendolen), évoque la vie des immigrés en Grande-Bretagne.

La plupart des autres romans de Buchi Emecheta – notamment The Bride Price (1976, La Dot), The Slave Girl (1977), The Joys of Motherhood (1979, Les enfants sont une bénédiction), Destination Biafra (1982) et Double Yoke (1982, Le Double Joug) –, écrits dans un style réaliste et situés en Afrique, explorent les thèmes favoris de l'écrivain. Dans The Slave Girl, elle raconte ainsi l'histoire d'Ojebeta, qui, durant son passage de l'enfance à l'âge adulte, n'accède pas à la liberté et à l'indépendance mais abandonne une forme d'esclavage pour une autre. Buchi Emecheta s'éloigne des protagonistes féminines avec The Wrestling Match (1980, Le Corps à corps), où elle décrit les relations entre un adolescent et son oncle. The Rape of Shavi (1983), son ouvrage peut-être le plus marquant, est également le plus difficile à classer. Le récit, qui se déroule dans un royaume africain imaginaire et idyllique, évoque l'arrivée de réfugiés européens fuyant une catastrophe nucléaire. Dans The New Tribe (2000), la romancière dépeint la crise émotionnelle que traverse un adolescent nigérian adopté par un couple anglais blanc quand il part dans son pays d'origine.

Buchi Emecheta est également l'auteur d'une autobiographie, Head Above Water (1986), et de plusieurs ouvrages pour la jeunesse.

Elle meurt le 25 janvier 2017 à Londres.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  EMECHETA BUCHI (1944-2017)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragmatique, s'était d'abord manifestée par la plume d'h […] Lire la suite

Pour citer l’article

« EMECHETA BUCHI - (1944-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/buchi-emecheta/