BROOKLYN VILLAGE (I. Sachs)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l’intérieur vers l’extérieur

Se référant à La Mouette d’Anton Tchekhov, où l’on voit Brian interpréter le rôle de Trigorine, la mise en scène de Brooklyn Village marque la volonté d’évoquer l’environnement des personnages et sa transformation à partir de leur intériorité. Ira Sachs plonge ainsi le spectateur au cœur des tensions qui hantent chaque individualité avant de mettre en évidence les différents liens et mésententes qui existent entre elles. Le sentiment de solitude de chacun des protagonistes en devient immédiatement prégnant, avant qu’il ne soit dissipé au contact des autres, à l’image de l’inconnu téléphonant à Jake pour lui parler de son grand-père qui vient de décéder. Le cinéaste sonde ainsi les devenirs potentiels de chacun des personnages, comme la caractérisation de l’homosexualité latente de Jake, évocation rarissime au cinéma de cet aspect de l’adolescence.

Tony ne s’interroge pas sur la nature réelle de la camaraderie qui le lie à Jake. Tous les deux ont des passions artistiques : le premier veut devenir comédien et le second dessine. Ils ne souhaitent qu’une chose, poursuivre leurs études ensemble. Ce futur qui les projette vers l’extérieur se heurte à la barrière générationnelle que forment leurs parents. Leonor doit défendre son commerce et donc le loyer modique dont elle bénéficie, octroyé par le père défunt de Brian. Elle se retrouve dans la nécessité absolue de préserver sa condition matérielle, tandis que Kathy et Brian, ainsi que sa sœur Audrey (Talia Balsam), souhaitent profiter de la nouvelle aisance matérielle potentielle que leur procure l’héritage. Le cinéaste clive alors deux temporalités : celle des adultes et de la spéculation immédiate, contre celle des deux adolescents qui se murent dans un silence volontaire au contact de leurs parents pour arrêter le cours de la bataille économique qui menace leur camaraderie. Cette dureté se dissipe de temps en temps, lors des trajets en skateboard de Jake et Tony dans leur quartier. Ces moments aériens permettent de redistribuer le temps d’un récit inexorablement lié à l’occupation de l’e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : critique de cinéma, membre du comité de rédaction de la revue Positif

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre EISENREICH, « BROOKLYN VILLAGE (I. Sachs) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brooklyn-village/