BRIGHTON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Première station touristique et balnéaire du sud-est de l'Angleterre, située sur la côte de la Manche, dans le comté d'East Sussex, à 80 km au sud de Londres. Prise entre la mer et la retombée des Downs du Sud, dépourvue de port, Brighton (population estimée à 134 293 hab. en 2001) s'étire sur près de 10 km de long et se prolonge vers l'ouest sans solution de continuité par la ville de Hove avec laquelle elle forme une seule entité administrative (247 817 hab. en 2001).

D'abord petit centre de pêche, elle devint au xviiie siècle une station de cure réputée pour son air vif et ses bains de mer. Le prince de Galles, futur Guillaume IV, la lança définitivement en 1784 en y faisant construire le célèbre « Royal Pavillon » en style oriental, de nos jours centre de conférences et de congrès. Au xixe siècle, Brighton devint un lieu de villégiature bourgeoise et, au xxe, un centre de tourisme populaire, regorgeant de distractions à bon marché, tant en ville même que sur les deux jetées longues respectivement de 330 et de 520 mètres.

L'abondance de ses ressources hôtelières en fait un des principaux centres britanniques pour la tenue des congrès.

Brighton compte de nombreuses firmes d'industries légères (confection, cosmétiques, produits pharmaceutiques, stylos). Outre ses nombreuses écoles secondaires et techniques et ses cours d'anglais pour étrangers, Brighton est le siège, depuis 1965, de l'université de Sussex.

—  Claude MOINDROT

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  BRIGHTON  » est également traité dans :

NASH JOHN (1752-1835)

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 1 257 mots
  •  • 4 médias

Étrange destinée que celle de John Nash qui devint sur le tard l'architecte favori du régent (futur George IV), puis connut la disgrâce, marqua profondément le paysage urbain de la capitale anglaise, mais fut l'objet d'acerbes critiques et dont l'œuvre disparate et inspirée divise encore les historiens. Quoique exactement contemporain de Soane, Nas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-nash/#i_49033

Pour citer l’article

Claude MOINDROT, « BRIGHTON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brighton/